Twin Peaks – Série de David Lynch et Mark Frost (III)

Chose promise, chose due. Aujourd’hui je vais parler des personnages de la série Twin Peaks à laquelle j’ai déjà consacré deux articles ici et ici.

Le personnage principal est bien entendu l’un des plus marquants, je veux parler de Dale Cooper, l’agent du FBI chargé de résoudre l’enquête sur le meurtre de Laura Palmer, incarné par Kyle MacLachlan.

 

Allez.. vous le connaissez : il a ensuite joué dans Blue Velvet (David Lynch) et la série Desperate Housewives ! (entre autres !) Il est : drôle, avec ses croyances mystérieuses, son amour du Tibet, sa confiance illimitée en ses rêves, son goût pour la nourriture (il est quasiment toujours en train de manger ou boire du café noir) ; il est attachant, également pour toutes ces bonnes raisons, mais aussi pour sa douceur qui contraste avec son métier..

On le croirait asexué pendant toute la première saison. Dans la seconde nous apprendrons qu’il ne l’a pas toujours été, et qu’il ne le sera plus par la suite… C’est sans doute le personnage le plus constant, ce qui rend la fin de la série d’autant plus dure. :) Je n’en dis pas davantage.

Le personnage dont j’A-DO-RE absolument l’évolution c’est : Léo Johnson (Eric Da Re).

Lui, je l’adore parce qu’au début, il paraît, bien qu’un peu tordu, assez insignifiant. Puis on découvre qu’il a un lien avec l’assassinat de Laura Palmer (sans savoir toutefois s’il a agit volontairement, ou s’il a été l’instrument d’une puissance maléfique). Peu à peu, cet homme (camionneur, dealer) à la gueule d’ange à bouclettes se révèle être un des personnages clé de la série. Mieux encore, il passe par plusieurs états différents, du début de la première saison à la fin de la seconde : instrument, bourreau/instrument (?), légume/instrument, bourreau, instrument encore, puis ultime victime parmi tant d’autres de la série. C’est un personnage qui évolue entre le bien et le mal à chaque instant de la série, entre amour et haine, entre vengeance et passion. Il n’a pas l’air comme ça avec sa tête hein ? Ben si. En plus, pour moi, il sera à cette réplique magnifique…. « New shoes ». Désolée, mais pour comprendre vous devrez voir la série. :D

La série c’est justement ça : cette oscillation permanente entre le bien et le mal, qui rend la balance inéquilibrable parce qu’en chacun de nous repose un peu des deux.

Un personnage en revanche ne semble habité que par le mal, exclusivement. C’est Bob (Franck Silva).

Bob est l’esprit du mal incarné… et incarnant. Il s’empare d’une personne et lui fait commettre les pires horreurs dont il se nourrie pour s’incarner. Il est envoyé par la loge noire située au fonds de la forêt, et doit ramener des âmes à cette endroit pour nourrir le mauvais esprit de la forêt de Twin Peaks. Tout cela est un peu compliqué, mais ce personnage et son fonctionnement ajoutent ce côté fantastique incroyable qui démarque Twin Peaks de toutes les autres séries. Est-ce que Bob existe vraiment ? Finalement, je pense que chacun de nous portant de l’amour en lui est capable, au nom de cet amour, de céder précisément au mal. Ou peut-être que Bob, au contraire de ce qu’on croit, se nourrit de l’amour pour distiller en celui dont il s’empare une bonne grosse dose de mal en échange de ce qu’il vole. Peut-être que, plus simplement.. nous avons un Bob en chacun de nous. :D

La semaine prochaine, je vous parlerais des autres personnages, que j’ai trouvés moins marquants.

Pour finir, l’illustration parfaite de ce qu’est le café pour Dale Cooper. Son secret : « Une fois par jour, offrez-vous un plaisir.. »

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.