Qui se cache derrière www.leglobelecteur.fr ?

Cela fait maintenant quelques années que je connais Sébastien Lévrier. Au début, mon attention avait été attirée par le blog « LirePlus ». Il y a 3 ans, donc. Si un blog change de lieu, de forme, de visage, il est en tout cas parfois animé par la même passion. Et que c’est difficile de trouver sa place ! SON lieu ! En fait, il est difficile de trouver le lieu et le visage idéal pour partager tout ce qui nous anime. Il est difficile parfois d’arriver à ce moment où l’on peut se dire : « voilà. Mon blog est exactement le reflet de ce que je désire donner. Il est à l’image de ce que j’imaginais ».

Le Globe Lecteur s’est donc transformé au fil des années, et je crois que cette fois, il a trouvé son concept : si vous atterrissez sur www.leglobelecteur.fr, ce sera pour redécoller aussitôt, et découvrir de nouvelles possibilités en voyageant de chroniques en articles. Ce blog est devenu une piste d’envol, et c’est tant mieux.

Depuis quand bloggez-vous ?
Depuis avril 2004… c’est que ça fait un bail !

Avez-vous déménagé votre blog ?

Oui, deux fois. J’ai même changé de nom ! J’ai commencé en avril 2004 avec un webzine (sur webzinemaker.com), puis avec la plateforme de blog mabulle.com pour « LirePlus » en 2008. Et enfin, j’ai lancé une version plus pro, LeGlobeLecteur.fr, hébergé par OVH et qui tourne avec Dotclear, début 2010: vive l’indépendance !

Quelle plateforme préférez-vous ?
La plateforme de l’indépendance.

Pourquoi blogger ? Quelle passion vous anime au point de vouloir la partager ?

J’ai commencé parce que j’étais le seul dans mon entourage à lire autant de littérature contemporaine. Et généralement, j’avais très envie d’échanger autour des livres que je lisais, mais les discussions tournaient court…
- Tu as lu ce formidable roman de Raymond Carver, toi ?
- Tiens, tu me passes le sel ?

Avouez que dans de telles conditions, bloguer devient la seule solution : il faut savoir prendre ses responsabilités. Bloguer part donc d’une envie somme toute assez égoïste. Et puis les années passant, j’ai voulu professionnaliser mon approche. Evoluant aujourd’hui entre le journalisme, la communication et l’urbanisme, LeGlobeLecteur.fr est devenu l’outil de ma passion et de mon métier : pourquoi s’arrêter ? Surtout qu’un blog est un nouveau type de média, qui propose une approche radicalement différente de la critique, quand on veut bien s’y intéresser de plus près. De nombreux lecteurs sont maintenant fidèles à leur propre réseau de blogs, pas seulement dans la littérature, mais aussi sur toutes les thématiques qui les intéressent. Le blog, c’est l’outil de la proximité (loin des critiques élitistes et imbuvables de certains journalistes), de l’éveil (les blogs sont des outils de découvertes formidables) et de l’indépendance (on ne représente que sa propre voix).

Envisagez-vous d’arrêter un jour ?

La question s’est déjà posée. Aujourd’hui, je suis entouré de gros lecteurs, je fais même office de bibliothécaire ambulant. Alors, pourquoi continuer maintenant que je peux discuter directement des livres qui m’ont plu ? Parfois, on ressent forcément un certain essoufflement, et puis on découvre un auteur et il y a ce besoin d’en parler au plus grand nombre. Bloguer n’est pas une drogue (il ne faut pas abuser), mais c’est devenu une habitude. Un recul, une analyse de la « chose littéraire » qui ne se perd plus, une fois le processus entamé… un peu comme le vélo.
Bien sûr, cette activité pourrait évoluer, je pourrais développer d’autres projets, mais l’écriture reste essentielle. Ecrire sur l’écriture, c’est quand même une expérience formidable.

Quels sont vos lieux culturels préférés ? (A Paris ou ailleurs ?) Ce peut être une librairie, un café philo, un théâtre, ou tout ce qui se rattache à votre passion. 

Je pourrais éventuellement vous parler du 104, du Point Ephémère et de la Gaité Lyrique, mais non: oui, je les fréquente, mais ce n’est pas pour moi l’essentiel.
D’ailleurs, si je vous disais que la lecture est une expérience intime, et que j’évite donc les signatures, les dédicaces, qui participent à la starification des écrivains, chose qui me répugne, qu’en penseriez-vous ?
Il ne faut par contre pas hésiter à fréquenter les centres culturels rattachés aux ambassades: il n’y a quasiment jamais personne, on rencontre des auteurs qu’on ne verrait jamais ailleurs (comprendre: en dehors du « star-system ») et on y boit même du vin, parfois, en compagnie des traducteurs: une franche convivialité, vraiment.
Aussi, permettez-moi plutôt de vous proposer une promenade au parc Georges Brassens (où un marché aux livres a lieu tous les week-ends), un tour par le marché d’Aligre, ou un verre à la Belette qui Tête. En dehors de Paris, je vous proposerais le C/O Berlin avant sa fermeture, et la gare Saint-Sauveur à Lille.

Quelles sont vos festivités culturelles favorites (Salon du livre ? Printemps de Bourges ? Festival d’Angoulême ? Festival d’Avignon ?) Ce qui vous fait vibrer une fois ou plus par an ? 

Le point Ephémère

J’ai assisté à plusieurs événements du festival Paris en toutes lettres, tout récemment, et c’est vraiment bien. Pour le Salon du Livre, fréquentons avant toute chose les petits stands: c’est là qu’on y fait le plus de découvertes. Il n’y a pas de champagne mais c’est plutôt par-là que la plus grande inspiration vient !
Et là, j’ai très envie de faire pour la première fois la Nuit des musées européens à Paris !

Quels sont vos 5 monuments (littéraires, musicaux, etc..) ?

Si je peux me permettre, je vais simplement parler des livres qui m’ont plu, tout récemment. Un monument, c’est une structure tellement figée qu’on ne peut plus la déplacer. Or, je suis prêt à faire de nouvelles découvertes, et à remplacer mes préférences par d’autres si besoin. En littérature, il n’y a pas de fidélité qui tienne.
Alors, cinq auteurs, disions-nous. Depuis quelques années, je ne jure plus que par Svetislav Basara, un auteur serbe un peu fêlé et totalement absurde. Je vous invite à lire « Le miroir fêlé » (justement) ou « guide de mongolie ». Il y a également Raymond Carver que j’ai découvert il y a peu (et l’un de ses héritiers, Willy Vlautin, il faut vraiment

Svetislav Basara

lire « Plein Nord »). J’aimais également, du côté français, les pièces de Yasmina Reza, mais depuis une certaine biographie qu’elle a publié, je ne l’ai pas relue (ceci dit, c’est sûrement parce qu’elle n’a publié qu’une nouvelle véritable pièce qu’il y a peu).
Mais évidemment, le maître absolu d’après moi reste Eugène Ionesco. Je voudrais aussi vous parler de Françoise Sagan, c’est mon bonus pour le printemps et l’été à venir.

En musique, je vais me contenter de lister: Botox, Discodeine, Metronomy, New Young Pony Club et Chew Lips. C’est à peu près tout ce que j’ai sur mon MP3 en ce moment.

Raymond Carver

Quel est votre top 10 des blogs ?
Je n’en ferai pas un « top » absolu. ça en froisserait certains, pour sûr. Et puis, vraiment, je n’ai pas de préférence, tout reste relatif: cela dépend des billets, etc.
Pardon pour les filles, mais pour une fois, je voudrais mettre en avant les blogs littéraires d’hommes, dont on ne parle que trop peu: il y a In Cold Blog, http://www.incoldblog.fr, Luke’s blog, http://lukesblog.fr, Voyelle et Consonne, http://voyelleetconsonne.blogspot.com et celui de Kevin, Actulitteraire, http://actulitteraire.hautetfort.com, ah, tiens, et celui de Sébastien Joly, Rhinocéros, « la critique à la dent féroce », www.rhinoceros.eu, que je fréquente régulièrement.
D’autres blogs que je fréquente, eh bien il y a de nombreux blogs sur la ville, comme par exemple, urbain trop urbain http://www.urbain-trop-urbain.fr; eco-quartiers.fr sur lequel je contribue d’ailleurs, http://www.eco-quartiers.fr; et je voudrais aussi parler de deuxdegres.net, qui est juste hilarant, http://www.deuxdegres.net http://www.deuxdegres.net.
Allez, un autre blog que je fréquente, consacré à la « mode homme », mais très relax, c’est plutôt sympa, commeuncamion.com.
Et bien sûr, Pariscilaculture.fr : il faudrait y aller rien que pour le titre de toute façon !
Bon, voilà, mais comme déjà dit: ça n’a rien d’un top, c’est ce qui me passe par la tête à l’instant T, mais je sens que quand je vais relire ça sur Paris-ci la Culture,

Willy Vlautin

J’aurai envie de dire : merde, j’aurais aussi dû parler de celui-ci ou de celui-là. Pardonnez-moi, donc, blogs que je visite fréquemment et que j’ai oubliés dans cette liste !

Votre passion, blog compris, vous prend combien de temps par semaine ?
Si j’étais payé pour ça, je serais riche, très riche ! A vrai dire, je ne calcule pas, ça dépend des semaines, des sujets que j’aborde. Mais je voudrais dire à tout ceux qui commencent un blog que ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air ! Il faut avoir, pour faire quelque chose de sérieux, une ligne éditoriale, des partenaires, du contenu de qualité (j’entends par là bien documenté et bien rédigé!), etc. et que tout ça, c’est de l’investissement en temps !

Le maître mot de votre blog ?

Aéroport. Vous comprendrez.

Son adresse..

Le Globe Lecteur, http://www.leglobelecteur.fr

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.