Qui se cache derrière « www.incoldblog.fr » ?

Ce garçon, je l’ai connu il y a quelques années maintenant sur la toile. Il n’a pas changé, si ce n’est qu’il est devenu plus exigent, plus précis, plus déterminé, aussi. J’aime lire le blog de Laurent parce que vous le verrez, pour ceux qui me connaissent, son univers est vraiment différent du mien. Parmi ses auteurs fétiches, je ne peux compter qu’un seul des miens : Stephen Zweig. Les autres font partie d’un univers qui m’est inconnu, et que je rêve de découvrir, grâce à lui. Découvrez In Cold Blog.

 

Depuis quand bloguez-vous ?


Mon premier billet a été posté le 31 août 2006. Officiellement, In Cold Blog va donc sur ses cinq ans. Je dis « officiellement », car il a été en état de mort cérébrale pendant presque un an.

 

Pourquoi bloguer ? Quelle passion vous anime au point de vouloir la partager ?


E.M. Forster

Pourquoi bloguer ? Difficile question à laquelle j’ai essayé de répondre dans un billet (http://www.incoldblog.fr/?post/2006/11/04/Je-blogue%2C-tu-blogues%2C-nous-bloguons) quelques mois seulement après l’ouverture d’In Cold Blog.

La création de cet espace était un défi que je me lançais, sans que je sache réellement où cela allait me mener. Professionnellement, je vivais une de ces périodes récurrentes exemptes du moindre projet motivant permettant de me projeter dans l’avenir. Je voulais voir de quoi j’étais capable. Le blog m’a semblé à l’époque un bon moyen pour tester mes compétences auprès d’un public « neutre », sans préjugé puisqu’il ne me connaissait pas. Comme il était hors de question que je me mette en avant, j’ai préféré me cacher derrière les livres qui occupent une grande partie de mon temps libre.

Il n’y a aucune prétention d’analyse littéraire dans ma démarche. Je ne fais que livrer mes impressions de lecture. Coups de gueule, coups de cœur, je n’ai qu’un seul impératif : argumenter mon opinion. Rien ne me réjouit plus que de donner envie à un tiers de découvrir un roman qui m’a plu. Le rôle de passeur me convient.

J’aime également quand une discussion nait des commentaires, approfondissant certains aspects d’un roman. J’aime aussi qu’on laisse des commentaires à des anciens billets publiés des mois (voire des années) auparavant. Je trouve qu’ils insufflent de la vie au blog. Ils me laissent aussi croire que les billets conservent de leur pertinence au-delà du seul moment de leur publication.

 

Cela vous a-t-il permis de vous créer un réseau, des amis qui partagent la même passion que vous ?

Je n’utiliserai pas le terme de réseau. Se créer un réseau est une démarche intéressée. On ne se constitue un réseau qu’à des fins professionnelles/carriéristes/commerciales. Pour moi, c’est incompatible avec l’amitié.

Irène Nemirowsky

Au fil du temps, j’ai tissé des liens avec d’autres blogueurs/blogueuses. Pour certains, ce sont des liens purement virtuels, qui se traduisent par des échanges réguliers de commentaires et/ou d’e-mails ; parfois même par des envois de livres. Pour d’autres, des rencontres (dans le cadre d’événements ou à caractère privé) ont permis de consolider ces liens.

Ce blog m’a également donné l’occasion à plusieurs reprises d’avoir des échanges suivis et enrichissants avec des auteurs.

Avez-vous déménagé votre blog ? Quelle plateforme préférez-vous ?


J’ai commencé sur Blogger. N’ayant aucune disposition naturelle pour la programmation et le développement, un blog clés en main m’a permis de mettre le pied à l’étrier facilement. J’ai réussi à bidouiller quelques paramètres pour customiser le blog et ça me convenait bien ainsi.

Quand j’ai décidé de sortir In Cold Blog de son coma, j’ai voulu repartir sur de nouvelles bases. Ce qui supposait pour moi un nouvel espace en phase avec mon état d’esprit du moment. Pour réaliser ce nouveau chez moi, j’ai fait appel à une spécialiste. Parce qu’elle travaillait sur DotClear, je me suis retrouvé sur cette plateforme. Naïvement, j’avais imaginé qu’une fois l’ossature du blog créée, j’aurais toute latitude pour y faire ce dont j’avais envie. En réalité, ce n’a pas été le cas. La liberté que je croyais avoir acquise en changeant de plateforme exige un minimum d’aisance technique… que je ne possède pas plus aujourd’hui qu’à l’époque. A tel point que je ne suis toujours pas passé à la nouvelle version de DotClear, de peur de pas savoir comment revenir à la version initiale en cas de pépin. Alors certaines fonctionnalités buguent, et pas des moindres (au nombre des quelles le flux RSS, pratique pour le référencement !) mais je préfère jouer la sécurité et laisser en l’état plutôt que de tout perdre.

Envisagez-vous d’arrêter un jour ?

Ce n’est pas au programme du jour, mais cela reste du domaine du possible puisque c’est déjà arrivé une fois, de mars 2008 à janvier 2009.

J’ai toujours ambitionné de présenter un bel espace – tant au niveau du fond que de la forme -, un support que j’aurais envie de consulter régulièrement, avec des rubriques variées, un vrai contenu informatif, alternant sujets de fond, interviews, dossiers… Quelque chose de qualité, de « professionnel ». Un an et demi après le lancement d’In Cold Blog, il était criant que j’avais échoué et qu’il me serait impossible matériellement de parvenir au résultat que je souhaitais obtenir. Alors, à quoi bon continuer un projet qui me frustrait ? Un projet que j’avais mis en place justement pour combler une insatisfaction professionnelle. J’ai donc mis la clé sous la porte… jusqu’à ce que le « manque » se fasse ressentir.

Cela ne veut pas dire pour autant que je suis pleinement satisfait de mon blog aujourd’hui, loin de là, mais j’ai accepté le fait que je ne dispose pas du temps nécessaire pour atteindre mon idéal. Je me contente de faire au mieux de mes moyens. Mais rien ne dit qu’un jour je ne jetterai pas définitivement l’éponge…

Joseph Boyden

 

Quels sont vos médias préférés ? (sites d’actualités culturelles en dehors des blogs)


En matière de médias, j’ai besoin de confronter les infos délivrées dans les différentes sources d’information, de voir quels angles sont privilégiés dans quels médias, et pourquoi… Je n’ai pas forcément le temps de faire un décryptage en profondeur, mais je trouve dangereux de n’avoir qu’un seul son de cloche. Chaque matin, je prends connaissance des journaux des chaînes d’infos TV, puis je me connecte sur internet et je picore dans les sites français d’information de tous bords : quotidiens, magazines, pure players… J’y reviens plusieurs fois dans la journée. Par l’entremise de mon agrégateur de flux, je me tiens également informé en temps réel des nouveaux articles mis en ligne sur des sites d’info spécialisés : littérature, médias, arts…

Michael Cunningham

Quelles sont vos festivités culturelles favorites (Salon du livre ? Printemps de Bourges ?) Ce qui vous fait vibrer une fois ou plus par an ?


Je ne suis pas amateur de grands rassemblements quels qu’ils soient, fussent-ils culturels. Je me sens assez rapidement oppressé par la foule et le bruit. Je suis allé une fois ou deux au Salon du Livre de Paris, mais il me semble qu’un tel salon a plus d’intérêt pour les professionnels que pour les lecteurs. Je n’ai pas besoin d’un salon pour acheter (sans remise !) des livres que l’on peut trouver facilement grâce au web (même chez les petits éditeurs). Et comme je ne suis pas partisan des séances de dédicaces à la chaîne…

Quels sont vos 5 monuments (littéraires, musicaux, etc..) ?

C’est un exercice difficile… et extrêmement réducteur. Pourtant je vais volontairement me limiter au domaine de la littérature en trichant quand même un peu car j’ai établi trois Top 5. Néanmoins, de nombreuses personnes que j’admire ou dont j’aime le travail seront passées sous silence ce qui n’empêche pas qu’elles ont une place privilégiée dans mon panthéon personnel.

Les 5 auteurs dont j’achète le dernier livre sans même savoir de quoi il s’agit : Michel Tremblay, Laurent Mauvignier, Michael Cunningham, Peter Cameron, Joseph Boyden.

Les 5 auteurs que je considère comme mes classiques : Tennessee Williams, E.M. Forster, Stefan Zweig, Irène Nemirowsky.

Les 5 romans qui m’ont marqué : Je suis vivant dans ma tombe, de James Purdy – Le choix de Sophie, de William Styron – Le corps exquis, de Poppy

Michel Tremblay

Z. Brite – Le pouvoir du chien, de Thomas Savage – Rafael, derniers jours, de Gregory Mcdonald,


Quel est votre top 10 des blogs ?

Faire une sélection de dix blogs est une mission impossible pour moi. D’autant que les raisons pour lesquelles j’apprécie les uns et les autres sont différentes et difficilement comparables. Il n’est pas rare que je cite les blogs que j’aime ou que je transfère des informations que j’y ai trouvées. Pour avoir une idée des blogs que j’apprécie et que je suis fidèlement, il suffit donc de parcourir In Cold Blog (ce qui me rappelle au passage que je dois ab-so-lu-ment actualiser la blogroll de mon blog !).

Votre passion, blog compris, vous prend combien de temps par semaine ? (si lecture par exemple, combien de livres etc.)

La lecture occupe la majeure partie de mon temps libre, même si je lis beaucoup moins que beaucoup de lecteurs/lectrices qui bloguent. La gestion de mon blog me prend le reste. A coup sûr, la rédaction d’un billet me demande plusieurs heures. Ensuite, je laisse décanter quelques jours/semaines et au moment de mettre en ligne, je retravaille le texte. Ce qui me prend facile une heure supplémentaire. Ensuite, il faudrait comptabiliser le temps passé à apporter les infimes réglages de présentation pour que le billet soit agréable à l’œil et plus facile à la lecture : ici, sauter une ligne ; là, déplacer la photo de quelques millimètres pour que la césure de la phrase tombe au bon endroit… En outre, les billets qui ne sont pas des chroniques de lecture me demandent beaucoup de temps en recherche iconographique. J’ai beau me constituer chaque jour une banque d’images et d’illustrations, il m’arrive parfois au moment de publier un billet de n’y trouver aucune illustration qui me satisfasse vraiment et de devoir faire la recherche sur le champ.

En vérité, In Cold Blog m’occupe l’esprit jour et nuit.

Laurent Mauvignier -Crédit photo : JL Bertini

Le maître mot de votre blog ?


Rigueur (je n’ai jamais prétendu être un mec fun !)

Son adresse

http://www.incoldblog.fr

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.