Erection, de Pierre Rigal

L’HOMME, UN EQUILIBRISTE ?

Un homme seul, couché, inscrit dans un rectangle vert électrique. Espace-temps indéfini. Un cœur qui pousse, un corps qui cherche. Soulever la mécanique, se dresser, avancer sur des éclats de sons. Par la tête, le bassin, ou les pieds. Tel un homme suspendu au sol qui rêve de marcher en l’air. D’impasses en résolutions, il tente, se trompe, tombe, se risque à nouveau, repoussant toujours plus loin les limites de l’espèce. Tantôt méduse inversée aux tentacules fragiles, tantôt crocodile glissant sans bruit, l’étrange créature s’érige peu à peu sur ses pieds neufs, Icare sans ailes, sorte de cyborg découvrant son double…

Entre odyssée, conte philosophique et récit de science fiction, Erection cherche à suivre le fil de l’évolution humaine. Dans un dispositif épuré, accompagné d’effets sons et vidéos créés en direct, Pierre Rigal danse à la fois l’homme-animal, l’homme-individu et l’homme-social, trois versions d’une même tentative d’érection. Qu’en est-il de la vie, de l’évolution ? Autant d’interrogations qui agitent l’aventure de cette créature équilibriste qu’on dit homme, clown triste de tous les temps. Tout simplement.

 

Erection

Pierre Rigal nous rappelle, avec Erection, que l’homme est fait pour s’élever, pour se hisser. Qu’à terre, il est vulnérable.
Dans ce spectacle millimétré, il utilise la lumière, la musique, et ce qu’il maîtrise plus que tout : son corps. C’est d’abord un corps qui est appelé à battre, comme palpitant tout entier, un coeur qui veut s’ériger. Puis le corps est perturbé dans sa quête d’élévation, traqué par la lumière, puis la pourchassant à son tour. Cette lumière qui projette, qui inquiète : l’homme, face à elle, se fait bientôt félin déchaîné. C’est dans cette rage de combattre l’inconnu que le corps va acquérir ses armes et se hisser, se mettre debout : après tout, on ne se fond bien dans le décor que lorsqu’on est debout.
Oui, debout, l’homme devient ce décor qu’il convoitait tant. Il ne se contente pas d’épouser ses lignes : il les incarne. Car si le corps est universel, c’est dans son rapport au monde.
Pierre Rigal maîtrise bien son sujet, et dira par ailleurs qu’il y aurait eu d’autres possibilités, d’autres étapes, d’autres parcours entre ces deux états limites de l’homme : être allongé, être debout.. et entre les deux une infinité de positions.
Il explore par ailleurs si bien les possibilités offertes par la lumière qu’un instant, on  pourrait croire que l’homme flotte, ou vole.
Mais la lumière peut aussi montrer de ces nombreuses facettes que tout homme recèle en lui. De ces visages qui se superposent, à la faveur d’un regard attentif, émerveillé, voire effrayé.

Erection, spectacle vu en 2010 à IVT.

Mise en scène Pierre Rigal.

 

—————————

NOTE DU 11 septembre 2011 : Pierre Rigal est programmé bientôt au Théâtre Gérard Philipe pour son nouveau spectacle « Micro ». Allez le voir ! http://www.theatregerardphilipe.com/tgp-cdn/spectacles/micro

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.