3″, Marc-Antoine Mathieu (Delcourt)

« 3 secondes, c’est le temps pour la lumière de parcourir 900 000 km, le temps pour une balle de revolver de couvrir 1 km. Le temps d’une respiration. Le temps d’une larme, d’une explosion, d’un sms. »

 

Copyright photo : Olivier Roller

Voici la présentation de Delcourt au sujet du dernier album de Marc-Antoine Mathieu. Ceux qui étaient habitués aux aventures de  Julius Corentin Acquefacques (remarquez au passage la ressemblance du nom de ce personnage avec le terme « artefact »), qui ont lu Les sous-sols du Révolu, se jeteront d’emblée sur 3″. Ceux-là ne sont pas perdus.

Cet article est donc pour les autres, car qui ne connait pas Marc-Antoine Mathieu est : soit non amateur de bande dessinée en général, soit un malchanceux qui aura loupé la perle du paysage français des cases. Les malchanceux, s’ils suivent mon conseil, découvriront un aspect de la BD qui transcendera leur amour du genre. Les non amateurs ma foi… trouveront leur compte car je le clame haut et fort : il est impossible de ne pas, sinon aimer, du moins être attiré par le style inimitable de Marc-Antoine Mathieu.

Jouant des perspectives et des mises en abîmes, Marc-Antoine Mathieu est capable de faire sortir son personnage des cases, ou bien d’y faire entrer très profondément son lecteur.

Erudit, kafkaïen, déroutant, étonnant, toujours intelligent : voilà comment on pourrait résumer le genre de bande dessinée qu’il a su inventer.

En perpétuelle recherche, MAM nous offre cette fois une histoire sous forme d’énigme, qui se lit à la fois sous forme de livre, et sous forme numérique.Le livre est indispensable, car l’histoire est construite à partir d’un zoom. L’histoire EST le zoom.

MAM fait voyager son lecteur au coeur et autour d’une scène mystérieuse reliant un tireur d’élite, des gros bonnets du monde du football, un cabinet dentaire, les passants dans la rue. Tout ceci par le biais d’un zoom incroyable, mis en oeuvre, orchestré grâce à des reliefs divers et variés : une coupe de foot, un rétroviseur, et même, oui oui, le reflet métallique d’un satellite en perdition.

Marc-Antoine Mathieu offre donc à notre oeil de lecteur la possibilité de traverser plusieurs dimensions, de jongler géométriquement sur des milliers de kilomètres juste en s’appuyant sur une plongée du regard à travers les éléments, en un zoom gigantesque (jamais de retour en arrière, même si les apparences sont trompeuses et l’idée difficilement envisageable), et disons-le concrètement, à travers les cases d’une BD en noir et blanc. Hum. Chapeau l’artiste.

Pour illustrer mon propos, je vous partage à nouveau la bande annonce de la BD, qui n’est qu’un petit avant goût.Les chanceux qui possèderont bientôt entre leurs mains l’objet de mon admiration pourront, grâce au code d’accès situé dans la couverture, accéder à la version numérique de l’histoire : par contre, si vous êtes épilleptique, angoissé, ou si vous n’avez consulté ni psy ni ophtalmo dans les 6 derniers mois, gare à l’atterrissage. La vidéo est tout simplement hypnotisante. Du grand art.

Pas étonnant que Marc-Antoine Mathieu mette parfois un peu de temps avant de nous régaler avec une nouveauté. Je ne veux même pas imaginer le travail qu’il y a derrière tout ça. C’est parti, vous avez 3″ pour aller l’acheter. :)

3″, Marc-Antoine Mathieu, Delcourt, Septembre 2011,72 pages, format 24×24 cm, 14,95 euros.

Images © Marc-Antoine Mathieu / Guy Delcourt productions 2011 – Photo © Olivier Roller

Site internet dédié : http://www.editions-delcourt.fr/3s/

 

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.