Qui se cache derrière « Sophielit »

Sophie est blogueuse, mais elle ne chronique pas uniquement pour son site. On peut la voir parler littérature sur tout un tas de sites différents : La cause littéraire, Carrefour (ben oui), Les nouveaux talents, L’express… Elle n’aime pas que la littérature d’ailleurs, elle aime aussi la photo.  On peut la croiser également sur papier, dans quelques revues : Six façons de le dire, Dissonances etc… Elle a accepté de répondre à mes questions. Découvrez-la un peu plus ici !

Depuis combien de temps bloguez-vous ?

J’ai ouvert mon blog en avril 2009. J’ai l’impression que c’était hier… pourtant mes quelques 700 billets m’affirment le contraire !

Vous êtes sur actualitte, pourquoi avoir choisi ce support ? Quel est son principe ? Ça a toujours été le cas ?

ActuaLitté m’a proposé « d’inaugurer » sa plateforme de blogs en août 2010. Je trouvais cohérent que mon blog soit rattaché à ce site qui traite des « univers du livre » (même si j’ai une totale indépendance pour mes billets).

J’étais auparavant sur la plateforme de blogs de Elle.fr, que j’avais choisie pour des raisons de simplicité d’utilisation.

 

Votre blog parle beaucoup de littérature. Vous lisez combien de livres par semaine ?

Je dévore entre 1 et 4 ouvrages chaque semaine, en fonction de leur taille, de mon emploi du temps et de mon enthousiasme face aux textes. Je lis généralement deux livres très différents à la fois.

 

Quel est votre genre préféré en littérature ?

J’ai une préférence pour la littérature française contemporaine. En particulier, j’aime les histoires proches de moi, l’envers de décors que je crois connaître, ou encore cette source d’inspiration inépuisable que sont les relations entre les êtres humains.

 

Quels ont été vos derniers coups de coeur ?

L’année 2011 a été riche en belles découvertes littéraires en littérature française. Je pense notamment à   Et rester vivant de Jean-Philippe Blondel, Ce que j’appelle oubli de Laurent Mauvignier, Je pars à l’entracte de Nicolas d’Estienne d’Orves, pour ne citer qu’eux. Tout récemment, j’ai adoré La belle année de Cypora Petitjean-Cerf.

Mon dernier coup de cœur en littérature étrangère : Les averses d’automne, de Tuna Kiremitçi.

 

Quels sont vos 5 monuments ?

Qu’il est didiificle d’en choisir seulement 5 ! Mon panthéon personnel comporte aussi bien des romans classiques que des ouvrages contemporains et des albums de bande dessinée ! On y trouve entre autres « Les malheurs de Sophie » de la Comtesse de Ségur, « Les souffrances du jeune Werther » de Goethe, les recueils de nouvelles pour adultes de Roald Dahl « Kiss kiss » et « Bizarre ! Bizarre ! », Les Fables de La Fontaine et « L’Ecume des jours » de Boris Vian.

Pourquoi bloguer ? Qu’est-ce qui vous pousse à partager ?

Au départ, c’était avant tout pour inciter les gens à découvrir les livres que j’avais aimés, et tenter de toucher un cercle plus large que celui que composent mes proches. Et ensuite… l’envie de rencontrer les auteurs, de leur poser des questions, de faire toujours plus de liens entre les livres… C’est devenu un cercle vertueux !

 

Bloguer vous a permis de rencontrer des gens ?

Oui, grâce à mon blog j’ai rencontré aussi bien des bloggeurs que des auteurs. Je me suis rendu compte, contre toute attente, que le « virtuel » ne l’était finalement pas tant que cela.

 

De développer des compétences particulières ?

Quand je retombe sur mes tous premiers billets, je mesure l’étendue du chemin parcouru. De trois lignes au début, comme si je n’osais pas vraiment m’exprimer, je suis passée à plusieurs dizaines. Mais ça n’est pas juste une question de longueur : outre la régularité, bloguer m’a permis de développer ma capacité de jugement.

 

Ca vous a apporté d’autres passions ?

Plus on lit, plus on a envie de lire… Et plus on consulte les autres blogs, plus on est tentée ! Les possibilités de lecture sont infinies…

 

Utilisez-vous les réseaux sociaux ? Si oui, lesquels et de quelle manière ? A quelle fréquence ?

Je relaie chacun de mes billets sur les réseaux sociaux. J’ai un compte et une page dédiés à « Sophielit » sur Facebook, ainsi qu’un compte sur Twitter. Les réseaux sociaux me paraissent indispensables, ils permettent un autre type d’échanges, des interactions moins contraignantes et plus spontanées. J’ai aussi été beaucoup soutenue par ce biais lorsque mon blog a été sélectionné pour la finale du Grand prix des Bloggeuses de ELLE 2011.

 

Les rencontres et les lieux culturels in situ, vous y croyez encore ?

Oh que oui ! Tous les billets, tous les commentaires, toutes les interviews en ligne ne vaudront jamais une rencontre en librairie, une dédicace au début d’un livre, des échanges, une voix, un sourire.

 

Bloguez-vous régulièrement ? Ca vous prend combien de temps par semaine ?

Je poste généralement trois billets par semaine. J’écris mes billets au fur et à mesure de mes lectures, ce qui fait que j’en ai toujours quelques-uns d’avance, enregistrés en brouillons. Je n’ai jamais fait le calcul du temps que cela me prend. Sans doute que je ne compte pas parce que c’est du loisir, du plaisir.

 

Quand vous lisez un livre, êtes-vous déjà dans le papier que vous allez rédiger ?

Oui et non. Oui parce que je pense à relever le numéro de la page quand je tombe sur une phrase que j’ai envie de reprendre pour mon billet. Et non parce que je me laisse avant tout emporter par un livre, et qu’après tout, rien ne m’oblige jamais à faire un billet dessus.

 

Organisez-vous parfois des concours ?

J’en ai organisé en tout et pour tout trois en presque trois ans. Chaque fois, il y avait un vrai sens à la fois dans les lots à gagner (livres ou places de cinéma pour un roman « coup de cœur » porté à l’écran) et dans ce que je demandais aux participants. Devenir une usine à concours ne m’intéresse pas, pas plus que de faire gagner des cadeaux par tirage au sort. Je veux que ceux qui jouent s’impliquent, (me) racontent une histoire ou (me) conseillent un titre !

 

Avez-vous pensé à arrêter de bloguer un jour ?

Il m’est arrivé de connaître des phases de lassitude, mais celles-ci n’ont jamais duré longtemps. Le fait de savoir que je peux arrêter quand je veux favorise sans doute l’enthousiasme. Dit comme cela, « je peux arrêter quand je veux », cela ressemble à une addiction ; ça n’est pas complètement faux. Je me sens parfois accro au « blogging ».

 

Quels sont les blogs/sites que vous consultez régulièrement ?

Il y en a tant que la liste ne tiendrait pas ici ! Mais parmi eux, en voici trois que j’aime tout particulièrement : Les petits papiers de Mademoiselle, La littérature sous caféine, le blog d’Aymeric Patricot, et Les âmes sensibles, le blog d’Ariane Charton.

http://les-petits-papiers-de-mademoiselle.over-blog.com/

http://www.aymericpatricot.com/dotclear/

http://actualitte.com/blog/arianecharton/

 

 

Quel est le maître mot de votre blog ?

Mots !

 

Son adresse ?
http://actualitte.com/blog/sophielit/

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.