Sorties ciné de la semaine (18 avril 2012)

Une fois n’est pas coutume (ben si..) j’ai sélectionné les films qui me semblent intéressants cette semaine. C’est à dire, trois.

L’enfant d’en haut


D’abord un drame franco-suisse d’Ursula Meier avec Léa Seydoux, Kacey Mottet Klein, Martin Compston..

Simon, 12 ans, emprunte l’hiver venu la petite télécabine qui relie la plaine industrielle où il vit seul avec sa sœur Louise, à l’opulente station de ski qui la surplombe. Là-haut, il vole les skis et l’équipement des riches touristes qu’il revend ensuite aux enfants de son immeuble pour en tirer de petits mais réguliers bénéfices. Louise, qui vient de perdre son travail, profite des trafics de Simon qui prennent de l’ampleur et devient de plus en plus dépendante de lui…

Un point de vue intéressant puisqu’on a affaire ici à un petit Robin des montagnes âgé de seulement 12 ans, qui va entraîner sa grand soeur dans son traffic. Un film qui promet d’être assez émouvant dans la mesure où les personnages semblent jouer des rôles qu’ils ne sont pas censés tenir à leur âge…

 

Miracle en Alaska

Un drame américain/britannique de Ken Kwapis, avec Kristen Bell, Drew Barrymore (!), John Krasinski…

Octobre 1988. Pour sauver trois baleines grises de Californie, piégées dans les glaces du Cercle arctique, un journaliste recrute son ancienne petite amie, une volontaire de Greenpeace.

Le film, fondé sur une histoire vraie, titille mon amour des mammifère marins. Un point c’est tout.

Le temps dure longtemps


Un drame (encore ??) franco-turc-allemand, réalisé par Özcan Alper, avec Gaye Gürsel, Durukan Ordu, Sarkis Seropyan…

Sumru prépare un master d’ethnomusicologie à l’Université d’Istanbul. Elle s’installe dans le sud-est de la Turquie pour quelques mois afin d’y étudier les élégies anatoliennes et leur histoire.
A Diyarbakır, elle rencontre Ahmet, vendeur de DVD pirates ayant filmé des témoignages de survivants kurdes. Sumru est hantée par le souvenir douloureux de son premier amour, un Kurde mystérieusement disparu.
Aux côtés d’Ahmet, dans le contexte tragique de cette guerre non reconnue à ce jour, elle va devoir affronter son passé et l’histoire de son pays.

Celui-ci, c’est parce qu’on connaît parfois peu (c’est mon cas) les conflits kurdes. Et puis clairement, c’est un film qui sort du lot par son thème, par son angle.. donc à voir.

Les semaines suivantes risquent d’être chargées en bonnes sorties ciné également.. j’en ai eu un petit aperçu et je vous en reparlerai, en espérant que je trouve le temps d’aller voir tous ces films ! :/

Bonne semaine à tous, et n’oubliez pas de lire !

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.