Sorties ciné de la semaine (6 juin 2012)

21 Jump Street

Réalisé par Phil Lord et Chris Miller le film s’inspire bien entendu de la célèbre série des années 80. Le bonus : l’apparition de Johnny Depp, qui a été lancé par cette série et a décidé d’accepter de participer au film !

Synopsis et détails

Les nouvelles aventures de la brigade de 21 Jump Street, un groupe de jeunes policiers pouvant aisément se faire passer pour des adolescents et ainsi infiltrer les réseaux des trafiquants de drogue qui sévissent dans les milieux universitaires californiens.

DES SAUMONS DANS LE DESERT

Un film réalisé par Lasse Hallström, avec Ewan McGregor, Emily Blunt, Amr Waked … un bon drame romantique britannique, ça ne se manque pas.

Synopsis et détails

Lorsqu’un richissime cheikh du Yémen se met en tête d’introduire des saumons dans les rivières de son pays, tout le monde pense qu’il s’agit d’une pure folie. Pourtant, entre volontés politiques et coups du destin, une jeune chargée d’affaires, Harriet, et un scientifique, Fred, vont se retrouver obligés de concrétiser ce rêve insensé. Même si le projet est un vrai casse-tête, l’aventure tombe plutôt bien pour Fred et Harriet, dont la vie privée n’est pas au beau fixe… À travers les voyages, les rencontres et les innombrables péripéties que ce programme surréaliste occasionne, tous deux vont découvrir l’existence sous un jour différent. La pêche miraculeuse du cheikh va-t-elle servir d’appât à l’amour ?

COULEUR DE PEAU : MIEL

Voici l’adaptation de la BD de Jung, réalisée par Jung lui-même et Laurent Boileau. C’est assurément l’une des adaptations les plus attendues de ce premier semestre, et même de l’année en ce qui concerne Paris-ci la Culture. On vous en fera un compte-rendu dans le prochain mag ! A noter qu’il s’agit d’un film d’animation, qui, du coup, colorise le déjà très beau récit de l’auteur.

Synopsis et détails

Ils sont 200 000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée.
Né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 par une famille belge, Jung est l’un d’entre eux.
Adapté du roman graphique Couleur de peau : Miel, le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung : l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile… Il nous raconte les événements qui l’ont conduit à accepter ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, l’amour maternel, tout comme la famille recomposée et métissée, sont autant de thèmes abordés avec poésie, humour et émotion…
Réalisé dans un étonnant mélange d’images réelles et dessinées, entre présent et souvenirs, utilisant à l’occasion des archives historiques et familiales, « Couleur de peau : Miel » est un récit autobiographique d’animation qui explore des terres nouvelles.

UNE SECONDE FEMME

Maintenant un drame autrichien, réalisé par Umut Dağ avec Nihal Koldas, Begüm Akkaya, Vedat Erincin, etc… L’histoire d’une famille turque à Vienne, voilà qui promet d’être intéressant. Je vous laisse lire le synopsis.

 

Synopsis et détails

Fatma vit à Vienne avec son mari, Mustafa, et leurs six enfants. Depuis toutes ces années, elle essaie de préserver les traditions et le prestige social de leur famille d’immigrés turcs.
Ayse, une jeune fille de 19 ans est choisie dans un village en Turquie pour officiellement épouser leur fils et se joindre à la famille.
La réalité est toute autre ; en secret, parce que Fatma l’a décidé, Ayse est promise au père, en tant que seconde épouse.
Dès lors, une relation de confiance et de complicité va se développer entre les deux femmes.
Mais cet événement va mettre en péril l’équilibre de toute la famille, qui devra faire face au regard de la communauté et à de nouvelles difficultés…

ICH BIN EINE TERRORISTIN

Un film franco-allemand-polonais, réalisé par Valerie Gaudissart, avec Mathilde Besse, Huguette Besse, Benoît Giros. Le film parle de guerre, de communisme, d’héritage, d’assassinat, de révolution :  tout ça avec pour héroïne une enfant de 11 ans et 3 mois. Ca promet !

Synopsis et détails

Violette, 11 ans et 3 mois, une belle nuit va ficher le camp. Dans son baluchon, quelques choco BN, l’urne des cendres de sa grand-mère communiste et chérie et un livre : « Les Lettres de prison de Rosa Luxemburg ». Les lettres de Rosa, sa Rosa, cette grande grande grande révolutionnaire allemande, assassinée en 1919 dont elle se sent aujourd’hui l’héritière. Elle ira donc marcher dans ses pas, prendra de longs trains de nuit, s’enfoncera de plus en plus loin vers l’Est, et essaiera avec son insouciance de gaminage et son précieux bouquin de changer le monde à sa manière.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.