PILC Mag aime aussi d’autres magazines !

PILC Mag aime partager, c’est bien connu, puisque c’est le petit frère de Paris-ci la Culture. Le fait est que ce n’est pas parce qu’on a créé un magazine que l’on boude les autres magazines. Aussi, lorsque nous passons devant les kiosques… voici ce que nous achetons :

Au sommaire de ce 4ème numéro (eh oui, il s’agit d’un tout jeune magazine), un beau dossier « Jusqu’où aller pour ton job ? » hyper actuel, et dynamité par 10 personnes bien choisies pour vous raconter leur expérience personnelle. On n’est pas chez Mireille Dumas, attention : Néon a le désir d’être exhaustif. Donc c’est pas tout, puisque le sommaire se décline en plusieurs parfums : Partager, voir ressentir, connaître, avoir, respirer, le reste. Voilà comment se conjugue Néon. Vous y trouverez aussi la page des « Savoirs inutiles », toujours aussi croustillante, une infographie loufoque qui vous dira si c’est vraiment l’heure d’aller vous coucher, des articles bien sentis, des photos fort sympathiques… Bref : pour 3,50 €, rallumez la lumière ! Leur site est ici.

Je ne présente plus Polka, dont je vante la qualité depuis quelques mois déjà. Vous pouvez aller directement sur leur site ici, ou bien aller sur la page d’abonnement. Cliquez les yeux fermés, car il s’agit là du meilleur magazine de photojournalisme que je connaisse. En plus, ils vous tiennent au courant des formidables expositions qu’ils organisent dans leur galerie à Paris. Magique.

J’ai découvert Transfuge bien tardivement. Là, pour la rentrée littéraire. J’ai longtemps hésité à acheter ce numéro, qui parlait de « littérature politique ». Je n’ai pas du tout été déçue. D’abord parce que les articles sont bien écrits. Ensuite parce que les choix sont assumés, mordants, différents d’autres magazines littéraires, papier ou web. Enfin, parce que lorsqu’on dit en couverture qu’on aborde tels thèmes, le lecteur n’est pas volé, parce que c’est vrai. Un vrai bon magazine qui parle de cinéma, et de littérature, avec engagement : voilà ce qu’il me fallait, et je l’ai trouvé avec Transfuge. Seul regret : que le site ne soit pas assez étoffé. Du coup, j’attends le prochain numéro avec impatience.

 

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.