1Q84, Haruki Murakami

Dans le premier tome de la trilogie de 1Q84 « Avril-Juin », Haruki Murakami nous présentait un jeune trentenaire, Tengo, prof de mathématiques doué et jeune écrivain à qui son mentor, un grand éditeur, lui demande de réécrire La Chrysalide de l’air, persuadé que cela fera un tabac. Il s’agit d’un manuscrit relatant une histoire mystérieuse et incroyable mais écrit dans un style ultra simpliste et donc impubliable tel quel. Parallèlement, nous découvrions la belle Aomamé, trentenaire également, célibataire et coach sportive spécialisée au service d’une vieille femme justicière pour laquelle, avec une dextérité inégalable, elle jouait d’une aiguille particulière.

 Le récit alterné de ces deux personnages nous fait entrer petit à petit dans une histoire aussi mystérieuse que celle du manuscrit originalement rédigé par Fukaéri, jeune fille quasi mutique de 17 ans. Son récit tout d’abord pris comme un roman fantastique se révélait finalement raconter une intrigue bien plus vraie que nature. De son côté,  Aomamé empruntant un petit escalier improbable situé au milieu d’une autoroute, débouchait dans un monde où brillaient deux lunes dans le ciel : notre lune habituelle et la seconde plus petite et dont la luminosité tirait vers les tons vert pâle, signe d’un monde très légèrement différent de celui de l’année 1984, le monde parallèle qu’elle avait nommé 1Q84.

 Après avoir bien installé l’intrigue et ses personnages principaux, dans le second tome « Juillet-Septembre », Murakami entrait dans le vif de l’histoire. Il nous faisait enfin presque percer le mystère des Little People, des chrysalides, des Mothers et Daughters (étranges créatures du genre clonées mais pas tout fait), tout cela sur fond de secte apocalyptique. Nous abordions la violence faite aux femmes, le Japon post-seconde guerre mondiale, le sexe vu d’une manière hygiénique ou instrumentalisée, et même un brin de romantisme à la Nuit Blanche à Seattle.

Effectivement, nous découvrions tout cela par les récits de Tengo et Aomamé, et nous comprenions que ces deux-là étaient intimement liés même s’ils ne s’était jamais rien passé d’autre, entre eux, que d’avoir partagé un long regard intense en s’étant tenu la main quelques minutes quand ils avaient dix ans. Depuis, ils ne se sont jamais revus, mais ce court moment de leur jeunesse les a fortement marqué tous les deux.

Ce troisième tome « Octobre-Décembre » finalise cette histoire. Le gros de l’intrigue a été résolu, Murakami met donc le coeur de l’histoire de côté, pour se concentrer sur l’issue de la rencontre ou non de Tengo et Aomamé, puisque c’est ce qui est sous-tendu pendant tout le roman. Pour cela, l’auteur fait intervenir une nouvelle voix, celle d’Ushikawa, un détective qui a flairé les activités meurtrières d’Aomamé et oscille entre l’admiration qu’il ne peut s’empêcher de ressentir pour ses extrêmes compétences et le fait qu’elle a largement outrepassé les lois des hommes. Son but est donc de tout faire pour la retrouver et l’inculper, alors que nos deux protagonistes n’ont de cesse de chercher comment faire pour se retrouver…

 L’art de Haruki Murakami, dont on ne doute plus du succès mondial, réside dans la manière de nous plonger dans une histoire, avec des personnages étonnants, dans un univers passionnant et toujours un peu décalé. Pour 1Q84, il était parti sur une intrigue bien ficelée, avec un suspens bien géré, mais il est indéniable qu’il use d’un peu trop de répétitions. Que celles-ci soient voulues ou non, le résultat est qu’on ne peut que se demander pourquoi : Murakami a fait trois tomes de son histoire ? Oui, le roman est agréable, le suspens nous tient en haleine, l’intériorité des personnages est longuement décrite et racontée, tout cela fonctionne, mais au final, on ne peut se détacher de ce petit goût de « Tout ça pour ça ! ». Même Tengo et Aomamé, qu’on a l’impression de connaître depuis des années, qui sont tout à fait attachants, finalement, on se dit qu’ils n’ont pas vraiment de personnalité…

 1Q84 est parfait pour les vacances : vous avez du temps, on vous embarque dans une histoire hallucinante, et on vous berce tranquillement.

 1Q84, Haruki Murakami, 3 tomes disponibles chez Belfond.

Article signé Lamalie

Articles relatifs :

About Lamalie