Sorties ciné de la semaine (17 octobre 2012)

Dans les sorties ciné de la semaine, deux films attirent particulièrement notre attention, par leurs sujets plutôt courageux. Il s’agit de La pirogue, du sénagalais Moussa Toure, et de César doit mourir, de Paolo et Vittorio Taviani. Les deux films parlent en quelque sorte de la quête de la liberté, mais chacun à leur manière.

La pirogue

Un village de pêcheurs dans la grande banlieue de Dakar, d’où partent de nombreuses pirogues. Au terme d’une traversée souvent meurtrière, elles vont rejoindre les îles Canaries en territoire espagnol.
Baye Laye est capitaine d’une pirogue de pêche, il connaît la mer. Il ne veut pas partir, mais il n’a pas le choix. Il devra conduire 30 hommes en Espagne. Ils ne se comprennent pas tous, certains n’ont jamais vu la mer et personne ne sait ce qui l’attend.

Le film traite évidemment de l’immigration clandestine africaine. C’est un sujet délicat pour lequel le danger de la prise de parti est un véritable piège, tant du côté du réalisateur que du spectateur. Une seule certitude : avant d’être un drame politique et économique, La pirogue est avant tout l’histoire d’un drame humain terriblement d’actualité.

César doit mourir

Théâtre de la prison de Rebibbia. La représentation de « Jules César » de Shakespeare s’achève sous les applaudissements. Les lumières s’éteignent sur les acteurs redevenus des détenus. Ils sont escortés et enfermés dans leur cellule.
Mais qui sont ces acteurs d’un jour ? Pour quelle faute ont-ils été condamnés et comment ont-ils vécu cette expérience de création artistique en commun ? Inquiétudes, jeu, espérances…
Le film suit l’élaboration de la pièce, depuis les essais et la découverte du texte, jusqu’à
la représentation finale.
De retour dans sa cellule, « Cassius », prisonnier depuis de nombreuses années, cherche du regard la caméra et nous dit : « Depuis que j’ai connu l’art, cette cellule est devenue une prison. »

L’art comme ultime liberté dans l’univers carcéral. Le film promet d’être à la fois spectaculaire, magnifique, et paraît-il… d’une redoutable intelligence.

 

 

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.