Voyage, Voyages, à la Manufacture des Abbesses

Adapté du roman de Laurent Graff sorti en 2005, Voyage, Voyages se joue à la Manufacture des Abbesses depuis début octobre.

Seul en scène, Fred Bianconi adapte avec Panchika Velez à la mise en scène les rêveries de Patrick, quadra dilettante, croupier au casino de Caen. Il n’a ni femme, ni enfants et un jour il décide de s’acheter une valise pour partir en voyage. Où ? Quand ? Dans quel cadre ? Il n’en sait rien. Qu’importe les circonstances dans lesquelles on part, pourvu qu’on ait l’intention de partir, c’est un peu la devise de Patrick.

La pièce se déroule au fil de ses méditations et des scènes au casino, au restaurant, avec son voisin, qu’il joue seul, à chaque fois. C’est un véritable tour de force de tenir seul en scène plus d’une heure vingt. Par de très simples, mais très efficaces, jeux de lumière, on passe d’une ambiance à l’autre, de l’appartement triste de Patrick au restaurant thaïlandais où il a ses habitudes.

Malheureusement, la pièce est assez inégale. La faute n’est pas de la responsabilité de Fred Bianconi, toujours juste, mais plutôt au texte qui alterne entre des moments de pure poésie et des instants empreints de vulgarité, donnant certaines scènes absurdes et quasiment anachroniques.

Dommage que ce Voyage ne soit pas à la hauteur des rêveries de son protagoniste…

Voyage, voyages – Une pièce mise en scène par Panchika Velez

A la Manufacture des Abbesses depuis le 11 octobre

Les jeudis, vendredis, samedis à 21h – les dimanches à 17h

Avec Fred Bianconi – d’après le roman de Laurent Graff (Editions Le Dilettante) – Adaptation : Fred Bianconi – Assistant mise en scène : Julien Reynaert – Scénographie : Claude Plet – Lumières : Didier Brun – Costumes : Marie-Christine Franc – Création sonore et musicale – Baloo Production

Articles relatifs :

About Diane Maretheu

Si elle n’avait pas commencé par être libraire, Diane aurait volontiers été hôtesse de l’air, chef pâtissier ou dixneuviemiste. Biberonnée à Brassens autant qu’à Led Zep, cet éclectisme se retrouve dans ses goûts littéraires notamment, de Siri Husdvedt à Laurent Mauvignier (son héros). Son amour pour Paris et le plaisir qu’elle prend à se perdre dans ses rues est sans limite. Elle a bien tenté de brûler les planches, sans grand succès, et n’aime désormais rien de plus que s’asseoir dans le noir et regarder des acteurs lui raconter une histoire, une heure ou deux, ou plus.