Cloud Atlas, de Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer

Synopsis : Adaptation du roman Cloud Atlas de David Mitchell publié en 2004 : Un voyageur réticent qui traverse le Pacifique en 1850; un musicien déshérité menant une vie précaire en Belgique durant l’entre-deux-guerres; un journaliste aux nobles sentiments qui suit un gouverneur de Californie nommé Reagan; un vaniteux éditeur qui fuit ses créanciers mafieux; un dîner génétiquement servi dans le couloir de la mort; et Zachary, un jeune habitant du Pacifique témoignant du crépuscule de la civilisation et de la science…

Andy Wachowski et Lana Wachowski d’abord : on doit à leur collaboration le fameux Matrix. Pour Cloud Atlas, réalisé en commun avec Tom Tykwer, on pourra reconnaître, rien qu’à la bande annonce, cette patte spéciale côté « pesanteur » ou plutôt, cette façon de se mouvoir des personnages pendant les scènes d’action, qui a été depuis Matrix reprise dans de nombreux films, et ce dans plusieurs genres allant de la comédie parodique à la SF pure.

Côté casting on a, dans le premier rôle, l’excellent Tom Hanks à la prestigieuse carrière (La ligne verte, déjà une adaptation d’un ouvrage de Stephen King, Philadelphia, Arrête-moi si tu peux, Seul au monde, Forrest Gump, Les sentiers de la perdition) capable de changer de registre, de poids, et de cap à tout moment. On peut noter la présence de Hugo Weaving bien loin du rôle qu’on lui connaît dans Le seigneur des anneaux ou Le hobbit, et également la présence de James D’Arcy bientôt à l’affiche de Hitchcock, mais aussi : Hugh Grant, Susan Sarandon…

Le film est très attendu, tant par les critiques que par les fans de David Mitchell. D’abord, parce qu’il ne remporte pas d’emblée tous les suffrages, et suscite un peu de méfiance. Ensuite, parce que c’est un projet ambitieux, soutenu paraît-il par Robert Downey Jr. Au départ, l’ouvrage de l’auteur est un roman labyrinthe à la « Maison des feuilles » ou autres Shakespeare ou Borges. C’est un peu… l’histoire d’un livre qui parle d’un livre qui parle d’un livre…. en bref, une monstrueuse mise en abîme narrative : d’où l’ambition de l’adaptation. Le roman mêlait aussi plusieurs genres : épistolaire, science-fiction (d’où l’intérêt des Wachowski sans doute, thriller… un défi supplémentaire qu’il faut gérer caméra en main.

On peut donc s’attendre à un film à mi-chemin entre Le 5ème élément, Avatar, L’histoire sans fin, Jumanji ou même Twin Peaks… autant de styles différents mais tous contenus dans un livre monumental rassemblant tout ce qui fait une épopée, un mythe, l’histoire d’une humanité, un récit initiatique… la totale.

Autant dire qu’on attend, nous aussi, ce film avec impatience : au cinéma, il n’y a rien de pire qu’un mélange des genres mal mixé. On connait le talent des Wachowski et il me semble qu’ils sont assez inventifs pour ne pas suivre un mouvement qui les perdrait, qu’au contraire, ils vont surpasser peut-être nos espérances de dépaysement. Rendez-vous le 13 mars !


Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.