Hyacinthe et Rose, de François Morel

Le théâtre de la Pépinière a donné carte blanche à François Morel jusqu’au mois de juin. Six spectacles sont prévus : des reprises, des inédits, des solos, des duos et parmi eux, un bijou : Hyacinthe et Rose.

Hyacinthe et Rose sont les grands-parents du narrateur, interprété par François Morel. Ces deux-là ne sont d’accord sur rien. Religions, convictions politiques, jusqu’aux divertissements et autres occupations. Rien ? Si, une chose quand même : l’amour des fleurs. Et ça fait cinquante ans que ça dure. Morel est accompagné de l’inventif musicien Antoine Sahler, tour à tour pianiste, trompettiste, tromboniste, petit-fils ou même Rose. Cet homme-là a du talent et fait un parfait compagnon pour le texte.

François Morel aussi, a du talent. Le poète, le génie de la langue, celui qui est passé de Jérôme Deschamps et Macha Makaïeff aux Deschiens puis à France Inter, sans rien perdre de ses convictions, a plus d’un tour dans son sac. Il campe les différents personnages, prend la bonne intonation, semble se glisser, ici dans la peau du curé, là dans celle de la cousine émotive comme dans des chaussons.

Les étés se succèdent chez Hyacinthe et Rose et l’on a l’impression que leurs disputes font partis du folklore, qu’il y a aussi beaucoup d’amour derrière tout ça. Chacun y reconnaitra ses propres grands-parents, ses oncles et tantes, ou quelqu’un d’autre qu’il a connu ou croisé.

Le temps passe vite chez François Morel et ce que l’on peut dire, c’est qu’il sait rassembler. Devant nous, deux mamans avec leurs deux filles, l’une a 8 ans, l’autre environ 15. Il faut préciser que ce texte est d’abord paru aux Editions Thierry Magnier, accompagné des magnifiques illustrations de Martin Jarrie. Je suis venue de mon côté avec ma meilleure amie, à côté de nous, un couple de personnes âgées.

Je ne sais pas si ceux-là étaient des Hyacinthe et Rose, des Paul et Virginie, ou des Bonnie et Clyde, mais au moment des applaudissements, l’homme et moi sommes très émus. Sa femme se retourne et lui dit : « Ben, tu pleures ? ». Et lui de répondre : « Oui, ça m’émeut ces choses-là ».

Oui, ça émeut ces choses-là.

Hyacinthe et Rose – Un spectacle de et avec François MorelAntoine Salher au piano – Scénographie : Edouard Laug – Lumière : Alain Paradis.

Réservations ici : http://www.agendaspectacles.fr/4116-francois-morel-dans-hyacinthe-et-rose.html

Articles relatifs :

About Diane Maretheu

Si elle n’avait pas commencé par être libraire, Diane aurait volontiers été hôtesse de l’air, chef pâtissier ou dixneuviemiste. Biberonnée à Brassens autant qu’à Led Zep, cet éclectisme se retrouve dans ses goûts littéraires notamment, de Siri Husdvedt à Laurent Mauvignier (son héros). Son amour pour Paris et le plaisir qu’elle prend à se perdre dans ses rues est sans limite. Elle a bien tenté de brûler les planches, sans grand succès, et n’aime désormais rien de plus que s’asseoir dans le noir et regarder des acteurs lui raconter une histoire, une heure ou deux, ou plus.