Mélisande ! Que sont nos rêves ? de Hillel Halkin

C’est d’abord l’histoire de trois adolescents passionnés de littérature dans l’Amérique des années 50, une sorte de trio dont l’amitié déborde peu à peu vers l’amour. Il y a d’abord la complicité, puis l’éloignement, et la surprise des retrouvailles quand un couple s’est formé : à Hoo, Mélisande a préféré Ricky et son caractère de meneur. Il y a des séparations, encore, puis cette longue errance de l’ami en Inde, se mêtant en quête d’une spiritualité qu’on ne sait déchiffrer, mais qui signifie déjà un changement immatériel mais radical.

Plusieurs années passent entre l’insouscience de l’université et le monde adulte, et les liens s’en trouvent immanquablement retouchés. Quand le trio est brisé par la disparition de Ricky, Mélisande et Hoo peuvent enfin vivre une passion mature et libérée. Cependant, qu’on soit trois ou deux, le monde tourne et la vie appelle des changements intimes qui changent les regards.

Mélisande ! est un roman d’amour, un hymne à l’amitié qui respire l’authenticité. Il se commence sur les bancs de l’université et se termine sur une île grecque, et alors qu’on ne savait pas où le roman nous porterait, on imagine arrivé à la fin que tout pourrait recommencer. C’est une belle démonstration de l’évolution de plusieurs vies, une surtout, celle de cet homme qui a longtemps cru en quelque chose qu’il imaginait ensuite pouvoir préserver, qui lui échappe et qu’il ne peut rattraper.

On a du mal à croire qu’il s’agit là du premier roman de Hillel Halkin, ou alors, on penserait volontiers que c’est le roman d’une vie, un roman mûri, de ces romans dont on dit « qu’on les portait en soi ». On pense aux personnages de Mélisande, Ricky, et Hoo comme à de vieux amis dont on pourrait raconter la belle et tragique histoire, celle d’un moment qui ne peut durer, puisque la terre ne peut s’arrêter de tourner.

C’est remarquablement écrit et tissé, l’histoire est amenée joliment, avec ce qu’il faut d’amertume, ce qu’il convient de légèreté, et surtout, une magnifique humilité.

Mélisande ! Que sont les rêves ?
Hillel Halkin Editions de la Table Ronde, janvier 2013, 290 pages, 22 Euros.
Traduit de l’anglais par Michèle Hechter.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.