Sibérie ma chérie, Sylvain Tesson

Copyright : Thomas Goisque

Sibérie ma chérie fait directement suite à l’ouvrage Dans les forêts de Sibérie. Il est illustré de deux manières : les photographies sont signées Thomas Goisque, comme pour Sous l’étoile de la liberté, et les dessins sont signés Bertrand de Miollis. Les trois hommes ont en commun l’amour de la Russie, et à leur actif de nombreux voyages dans ce pays. Sylvain Tesson, avant de s’aventurer seul dans une cabane près du lac Baïkal durant six mois, cumulait déjà 20 ans de souvenirs dans ces contrées glacées.

150 illustrations et photographies composent ce recueil de citations plus ou moins courtes, mais toujours assez représentatives du récit offert par Sylvain Tesson lors de son expérience solitaire.

«La cabane n’est pas une base de reconquête mais un point de chute. Un havre de renoncement, non un quartier général pour la préparation des révolutions. Une porte de sortie, non un point de départ. Un carré où le capitaine va boire un dernier rhum avant le naufrage. Le trou où la bête panse ses plaies, non le repaire où elle fourbit ses griffes.»

Les illustrations et photos montrent Sylvain Tesson lisant, écrivant, coupant du bois, brisant la glace, observant un ours fusil d’alarme à la main, suspendu au dessus du vide. Parfois, ce sont ses voisins, au mode de vie si opposé au nôtre. Il y a la nourriture : ce que la nature et le lac Baïkal veulent bien donner, ce qu’il faut aller chercher, mériter.

C’est un ouvrage glacé, sculpté dans le bonheur des rencontres et la complicité des voyages. Ni une Ode au voyageur, ni un livre souvenir, c’est un recueil de moments importants, et peut-être d’ailleurs davantage une invitation qu’un résumé de l’expérience. Un bel objet qui donne envie de partir à son tour.

Sibérie ma chérie, Sylvain Tesson, Bertrand de Miollis, Thomas Goisque, Gallimard, Octobre 2012, 144 pages, 19,90€

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.