Les ombres du Styx – 2 – Vox Populi, Isabelle Dethan

Sous Septime Sévère, un tueur en série sème des petites momies d’enfants assassinés. Le peuple de Rome est choqué par ces meurtres perpétrés en plein coeur de la ville. Ils rappellent les coutumes religieuses du peuple égyptien, et bientôt, les étrangers à la peau sombre deviendront les suspects principaux de ces meurtres barbares et mystérieux.

 Dans le premier tome intitulé Le maître de l’éternité, on découvrait une série de meurtres perpétrés dans la ville Leptis Magna en Lybie (Carthage à l’époque). Terentius Aquila, noble romain expatrié, raconte ici avoir croisé une première fois ce meurtrier dans les rues de Rome, 10 ans auparavant, en 195 Avant J.C. Cette histoire avait secoué la ville au point de lui faire perdre sa famille, et de le faire fuir ces terres maudites.

 Isabelle Dethan poursuit donc son polar antique en développant cet épisode du passé d’Aquila. Ce dernier était issu d’une famille noble et fut forcé d’épouser une femme de sa caste. De ce mariage, il a eu Caïus, son fils. Cependant, il était amoureux de Henout, une égyptienne qui lui a donné également deux filles. Nul n’ignore qu’elle est sa maîtresse, y compris sont épouse et sa belle-famille. Ce qui était autorisé et habituel pour les hommes ne l’était néanmoins pas pour les femmes, qui pouvaient être répudiées à la moindre infidélité.

 Tout est mis en place pour instaurer une tragédie digne de ce nom : le fait que les meurtres soient perpétrés à l’Egyptienne, la rancoeur des beaux-parents envers une maîtresse appartenant à une caste inférieure, le courroux de l’épouse légitime, la vox populi attisée par une ambiance mortifère favorisant la chasse aux étrangers… on devine une issue violente digne de la Rome antique. Mais qu’en est-il de ce mystérieux meurtrier qui semble vouloir sévir ailleurs désormais ?

 Nous avons désormais achevé les deux tiers de l’histoire du tueur aux momies, et le mystère reste entier, continuant de provoquer des dégâts collatéraux. L’intrigue ne faiblit pas et Isabelle Dethan continue d’étonner par l’épaisseur de ses caractères : un volume suffit à les rendre importants à nos yeux, marquant notre mémoire d’un trait indélébile. Le rythme de chaque tome est justement pesé, l’intrigue rondement menée. On attend le dernier tome avec impatience.

 Les ombres du Styx – 2 – Vox Populi, Isabelle Dethan, Delcourt, 48 pages, 17 avril 2013, 13,95 €

 A voir également : Dans l’atelier de… Isabelle Dethan, sur NRBlog.fr

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.