Bad Ass – 1 * Dead End, Hanna-Bessadi-Georges

Nous sommes à Roman City et Dead End vient d’assassiner le gros bonnet local en même temps qu’il vient de rafler un butin constitué de diamands. Il est désormais l’ennemi public numéro 1.

Avec son masque de cuir (?), ses cheveux blonds qui dépassent dans sa nuque et son costard ultra sappé, voici donc le mal fait élégance.

 Dead End, 25 ans plus tôt, était un jeune garçon boutonneux et toujours malmené, souffre douleur du lycée, un dénommé Jack Parks. Sa vie a changé du jour au lendemain : non parce qu’il lui est arrivé quelque chose de fantastique, mais parce qu’il l’a décidé. Il a changé non pour faire le bien, comme Spiderman et consorts, mais pour faire régner la terreur autour de lui.

 Voilà donc bien l’originalité de ce premier tome de Bad Ass, série en quatre volumes publiée chez Comics Fabric, le nouveau label de Delcourt.

Mais quelle est la particularité du personnage Dead End ? C’est d’abord une chance extraordinaire. En lançant son mégot de cigarette, Dead End peut déclencher des événements en chaîne qui mènent tout droit à la catastrophe, ce qui a pour conséquence de le ravir.

Le dessin de Bruno Bessadi convient parfaitement au genre. On a entre les mains un comic book hyper agréable à lire, assez clair et joliment coloré par Gaétan Georges. Un bel esthétisme mêlé à l’humour décapant (on devrait dire explosif) de ce nouveau héros cynique.

Herik Hanna, le scénariste, crée un personnage intéressant : on se prend à souhaiter qu’il s’en sorte malgré sa méchanceté naturelle. Le mal, ici, devient amusant. Le bonheur est insupportable au héros, une source d’ennui incommensurable.

 Une belle série qui s’annonce, en 4 tomes, et dont on attend les suivants avec impatience. Les comics américains n’ont plus le monopole, on ne vous dit que ça. Nous pouvons désormais nous targuer d’avoir «notre» fabrique à comics. C’est une réussite.

 Bad Ass - 1 * Dead End, Hanna-Bessadi-Georges, Delcourt, Janvier 2013, 96 pages, 14,95 €

Cliquez ici pour acquérir Bad Ass sur Lalibrairie.com

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.