Turbo, de David Soren

Le 16 octobre sortira dans les salles la dernière super production des studios Dreamworks (leur dernier forfait, que dis-je, belle réussite : The Croods). On vous laisse d’abord découvrir la bande annonce :

Turbo est un escargot qui n’a qu’un seul rêve en tête : être incroyablement rapide ! Son obsession pour la vitesse l’a rendu quelque peu impopulaire chez les siens, où lenteur et prudence sont de rigueur. Mais il est hors de question pour lui de se conformer. C’est alors que se produit un étrange accident qui lui donne soudainement le pouvoir de foncer à toute vitesse. Il s’embarque alors dans une aventure extraordinaire pour accomplir son invraisemblable destinée : courir contre le plus grand champion de course automobile, Guy La Gagne. Avec l’aide d’une équipe d’escargots aussi rusés que stylés, l’ultime outsider Turbo mettra tout son cœur – et sa coquille, pour prouver qu’aucun rêve n’est trop grand, aucun rêveur n’est trop petit.

Alors là les amis, on se recolle un peu à ses sujets d’histoire, et on repense à Flash Gordon, Spier-Man : sauf qu’ici, le personnage qui se trouve transformé par un accident n’est… qu’un escargot. Nul besoin donc de chercher ici un super-héros masqué qui viendra sauver le monde à ses heures perdues : Dreamworks se réapproprie la génèse pour satisfaire l’égoïsme de son petit personnage, ingénieusement nommé Turbo.

Ce petit bonhomme capricieux et avouons-le, adorable, va se retrouver au milieu de congénères capables selon eux de dépasser la vitesse… d’un escargot. Seulement il va surprendre tout le monde ! On a vu la bande-annonce au ciné il y a quelques semaines déjà, et ça a été total craquage ! On est plutôt impatients d’aller voir ce que ça donne au cinéma : dans ce dernier Dreamworks, pas d’enfants héros, pas de jouets héros. L’entreprise redore plutôt le blason des escargots. En plus, le film se pare dès avant sa sortie d’une panoplie d’affiches fabuleuses, jugez plutôt :

Alors ? Moi je ne vous dis que ça : on va se speeder pour aller le voir à sa sortie ! Vivement le 16 octobre !!

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.