Jane, le renard & moi de Fanny Britt et Isabelle Arsenault

Comment aborder le sujet des ados rejetés par leurs semblables ? C’est ici le cas de Hélène, qui se voit d’un coup mise à l’écart par ses camarades, ce qu’elle ne parvient pas à comprendre.

Elle se réfugie alors dans la lecture du roman de Charlotte Brontë : Jane Eyre. L’histoire de cette orpheline devenant servante dans la maison d’une bonne famille britannique, qui tombe amoureuse de son maître est un choix pour le moins étonnant, mais non moins subtile, de la part de Fanny Britt (scénariste).

Outre le harcèlement que subit Hélène de la part de ses «copines», ses doutes vont venir polluer sa quiétude : est-elle trop grosse ? Bien sûr que oui ! Mal habillée ? Evidemment… Ou bien… est-elle juste différente des autres filles de son âge ?

C’est ce que va découvrir Hélène, en rencontrant une jeune fille non moins étrange à laquelle elle va se lier d’amitié.

Certains passages de Jane Eyre viennent ponctuer le récit, ce qui est un véritable délice (on demanderait presque expressément à Isabelle Arsenault (dessin) de poursuivre l’expérience de cette adaptation !

Malgré son thème assez difficile, Jane, le renard & moi est un récit empreint de douceur : les passages où le renard apparaît sont notamment d’une tendresse inouïe. On se prend à espérer que l’enfant s’approche plus près encore, pour caresser cette consolation singulière qui s’offre à elle à l’abri des regards. Tout cela est porté par un dessin magnifique, où justement, le renard semble amener la couleur.

Ce livre n’est pas fait que pour les enfants : il fait un peu écho à ce que nous, adultes, éprouvons parfois : cette envie de nous réfugier quelque part pour nous cacher de l’hostilité du monde. La littérature est effectivement un beau rempart.

Jane, le renard & moi, Fanny Britt et Isabelle Arsenault, La pastèque, Mars 2013, 101 pages, 22 euros.

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.