La Harpe Hagarde, de Edward Gorey

La Harpe Hagarde est probablement la découverte insolite de cette rentrée. On aurait d’ailleurs presque honte de ne découvrir que maintenant, grâce aux éditions Le Tripode ce petit bijou de fantaisie publié pour la première fois en 1953 aux Etats-Unis. Premier ouvrage de l’auteur dessinateur, La Harpe Hagarde ou, Mr Earbrass écrit un roman raconte les soucis de création de Mr Earbrass qui, avec une régularité singulière écrit un roman tous les deux ans. On l’accompagne ainsi dans ce lent cheminement de création de l’ouvrage La harpe hagarde.

Bien évidemment, le personnage de Gorey ne serait pas si intéressant sans son caractère angoissé, sans que ce processus de création n’apparaisse comme un calvaire de rigueur et d’abnégation.
Edward Gorey dresse ici le portrait caricaturé de l’écrivain en quête de reconnaissance, toujours insatisfait :

«Avant que Mr Earbrass en ait fini, au moins un tiers de LHH n’aura plus rien à voir
avec la version originale».

C’est aussi une caricature du monde littéraire dans toute son hypocrisie :

«Mr Earbrass se laisse inviter à un dîner littéraire dans un des salons privés du Trottoir imbécile (…) la conversation tourne autour des ventes médiocres, des attachés de presse lamentables, des droits d’auteur plus que misérables, des recensions bêtes ou assassines, du talent déclinant des autres auteurs et de l’indicible horreur de la vie littéraire »

Une critique bien acerbe et divinement audacieuse pour l’époque ! A noter qu’un de ses livres les plus célèbres s’intitule «Une poubelle vertueuse»…
Que dire à part qu’Edward Gorey était un fabuleux dessinateur à l’humour aiguisé, et que c’est un véritable bonheur de voir réédité aujourd’hui son premier ouvrage en France. On espérait secrètement une exposition et voilà qu’elle aura lieu à la librairie Le monte-en-l’air (2 rue de la Mare – Paris 20e), du 18 au 20 octobre : vive la Goreymania !

La Harpe Hagarde, Edward Gorey, Editions Le Tripode, Octobre 2013, 13 euros.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.