Une sacrée boucherie, au théâtre IVT, vu par Stéphanie Hochet

Du sang sur le Grand-Guignol

Une pièce sur une famille de boucher destinée à tous ceux qui aiment les émotions fortes, qu’ils soient sourds ou pas.

Le théâtre IVT est une rareté en Europe. L’International Visual Theatre situé dans le 9ème arrondissement propose des spectacles conçus dans deux langues : le français et la langue des signes. Une sacrée boucherie, pièce écrite par Pierre-Yves Chapalain et Emmanuelle Laborit  –  qui nous avait tant émus dans Les enfants du silence – est une expérience théâtrale jubilatoire. L’histoire d’une famille de bouchers dont le destin va passer au hachoir… Au commencement, la mère ne veut pas porter d’enfant, le couple adopte un garçon : Victor.

Mais un jour, contre toute attente, la mère tombe enceinte et donne naissance à des triplés : deux filles, et un garçon qu’on élèvera comme une fille (tout petit, on l’habille avec des robes, par souci d’économie). Le père souffre d’une maladie mentale qu’il soigne à coup de cachets, et il peut compter sur sa femme pour lui rappeler de les prendre. Toute sa journée est consacrée à la boucherie qui fait vivre la famille. Une boucherie qu’il compte bien confier un jour à Victor, oubliant totalement les trois enfants issus de sa chair. Devenu adulte, Victor a des ambitions, il envisage de moderniser la boutique, il rêve d’être perçu comme le meilleur boucher de la région, il a les dents qui rayent le parquet. Mais son amour passionnel pour sa sœur va compliquer son existence. Même s’ils ne sont pas du même sang, comme le précise Victor, que peut-il advenir de cet amour-là ? En attendant, on coupe des morceaux de viande. Le père oublie de prendre ses cachets, confond ses fantasmes avec la réalité, se promène avec son couteau aiguisé, confond sa femme avec un poulet, son fils adoptif avec un cochon. Ca coupe, ça crie, ça hache, ça court dans tous les sens et la machine devient folle. Le huis clos explose comme tout bon huis clos, les acteurs s’en donnent à cœur joie, pataugeant dans une hémoglobine de moins en moins animale et de plus en plus humaine. La vie de famille vue comme une boucherie. Le pire c’est que ça met en joie.

S.H. (retrouvez le site de Stéphanie Hochet ici)

Une sacrée boucherie

Au théâtre IVT : 7 cité Chaptal 75009 Paris.

en tournée :

le 3 décembre à L’Odyssée-Périgueux.

Du 26 au 29 mars 2014 au TNT de Toulouse

Le 15 et 16 avril 2014 : Comédie de l’Est-Colmar

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.