Moongaï : l’album

COSMOFAMILLE : l’album

L’album entame les hostilités avec un titre déjà très original, Zombie, une sorte de balade portée par des synthés, un rythme très simple, et la voix de Eva, assez particulière et sympathique. Zombie, comme le titre suivant, Cosmofamille, offre une belle surprise en cours de route : ils font partie de ces titres «libres», qui ne s’encombrent pas d’un rythme arrêté, se permettent de devenir fous. On aime.

Monsieur Voisin, le titre le plus faussement rigolo, le plus ambigu, une mélodie touchante, un sujet sérieux, un rythme dingue : ou comment parler d’un sujet de société avec humour et intelligence. Moongaï n’est pas un groupe folklorique, ces gens-là ont un véritable univers, une sensibilité dingue, et si ils semblent s’amuser de tout, ils sont surtout concernés par la vie et les autres.

Impossible de ne pas être charmé par leurs mélodies : chacune possède ce petit quelque chose de primaire, d’enfantin, qui fait que ça vous reste dans la tête. Moongaï, ce serait peut-être le duo amoureux/tendre/ enfantin/déjanté dont la scène actuelle avait besoin depuis quelque temps. Ils seraient un peu ces Rita Mitsouko nouvelle génération (électro, pop) dont nous rêvions, un rafraîchissement nécessaire dans ce paysage musical en pleine mutation. Ils parviennent parfaitement à tirer leur épingle du jeu, ont un style bien à eux.

Que dire de la présence de la chanteuse sur scène, aperçue en octobre au Point Ephémère, et qui a réussi à mettre le feu à la salle avec seulement quelques titres ? On vous conseille d’aller les voir à la Maroquinerie le 9 décembre.Tentez de chopper des places… si c’est encore possible. Sinon, vous pouvez les écouter le 27 novembre à 7 A.M sur Ouï FM !

 

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.