Stomp au Casino de Paris : l’orchestre des objets trouvés !

Hier, c’était la première d’une série de spectacles donnés par Stomp au Casino de Paris. On y était, et on ne regrette pas le déplacement !

La première fois que j’ai vu Stomp, c’était à la télévision, et j’étais adolescente. La troupe ne s’est pas formée hier, mais en 1991. Je rêvais depuis longtemps de voir l’un de leurs spectacles et c’est chose faite : au début, je crois me souvenir que l’ensemble était peu nombreux, et que les musiciens jouaient sur des barils. Désormais, il faut compter avec des scies musicales, des bouteilles, des toupies, des échelles de cordes, des cônes de signalisation, des tuyaux, de l’eau… des gamelles et j’en passe !

Le groupe a été créé par Luke Cresswell, un musicien percussionniste autodidacte qui s’est illustré notamment comme batteur et programmeur de rythmes aux côtés de Bryan Ferry. Lui, il est de Brithton. Le co-créateur s’appelle Steve McNichoas, il est compositeur et co-metteur en scène, originaire du Yorkshire. Vous l’aurez compris, l’Orchestre des objets trouvés est leur dernier spectacle : il a déjà battu des records au box-office à l’Opéra de Sydney !

Il serait franchement dommage de louper le coche : allez voir leur spectacle qui a commencé hier et se joue jusqu’au 9 février 2014 au Casino de Paris. Ce que vous y verrez et entendrez est proprement exceptionnel : on croit d’abord à une blague de potaches, on se dit que le décor est gargantuesque pour une histoire de percussions, que le tout est trop coloré pour être sérieux, et qu’ils sont trop nombreux pour que cela donne quelque chose de vraiment construit…. Et on se trompe ! Le spectacle commence et on est pris dans un tourbillon infernal de rythmes fous, de passion, de technique surtout hyper impressionnante : il n’y a rien de brouillon là-dedans, et si impro il y a, elle est parfaitement maîtrisée.

Avec Stomp, les instruments se mettent à voler, font tourner en bourrique des percussionnistes chevronnés, qui ne perdent jamais la tête au milieu d’un esprit d’équipe remarquable. Chacun a son moment de gloire, son morceau de bravoure, sa note dédiée. La musique en devient haletante, pleine de suspens tant on craint l’effondrement de ce château de rythmes et de notes : pourtant, tout est impeccable, du début à la fin. On en prend plein les mirettes, plein les oreilles, et plein le coeur. C’est magnifique.

Absolument à ne pas manquer. Toutes les infos ici sur le site officiel de Stomp, ou bien sur leur page facebook.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.