S’abandonner à vivre, lu par Sylvain Tesson lui-même

La couverture de cet audiolivre pourrait paraître ironique, à l’heure où Sylvain Tesson se remet encore très certainement de ses blessures.

L’auteur de 42 ans publiait en janvier dernier un recueil de nouvelles intitulé « S’abandonner à vivre », un titre aux multiples visions regroupant de petits récits que l’on pourrait qualifier de « suspendus ». Il n’appellent aucune solution et s’éternisent dans le temps, même si certains événements décrits semblent  infiniment courts, furtifs ou fugaces.

Ce qu’appelle à vivre Sylvain Tesson dans ce livre est sans doute l’instant présent : s’il s’éternise, c’est pour mieux nous faire patienter en attendant cet avenir dont on ne connaît rien.

Qui mieux que Sylvain Tesson pouvait lire ces nouvelles d’un autre espace-temps, d’un autre univers, plus aventureux que le nôtre, avec sa belle voix de baroudeur.

C’est déjà de cette façon que nous avions découvert il y a deux ans son fabuleux récit d’un retranchement improbable de six mois dans une cabane de Sibérie. Cette fois-ci, il racontait comment il avait survécu, et mieux que cela, comment il était sorti grandi de cette expérience hors du commun.

Cette fois, juste avant que le CD ne s’arrête, on se surprend superstitieusement à croire que l’auteur avait prévu sa propre chute du toit de la maison d’un ami, il y a quelques mois.

Peut-être que celle-ci lui aura réappris la patience, une fois encore, et l’implacable immobilité, avant de repartir pour d’autres aventures qui, nous en sommes sûrs, feront l’objet d’autres ouvrages passionnants.

S’abandonner à vivre, Sylvain Tesson, Lu par l’auteur.
CD MP3 Gallimard « Ecoutez lire », 5 heures environ, Octobre 2014, 21,90 Euros.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.