Alésia, une bataille fondatrice

Le spécialiste de l’armée romaine

Yann Le Bohec est un spécialiste de l’histoire militaire de l’antiquité romaine (sa thèse portait sur l’armée romaine d’Afrique). Après s’être penché sur la crise du troisième siècle ou les guerres puniques, il s’attaque ici à la bataille d’Alésia. Alésia, le fameux combat titanesque en les gaulois de Vercingétorix et les romains de César ; « Alésia ? connais pas ! », faisaient dire Goscinny et Uderzo au chef Abraracourcix dans la célèbre bande dessinée Astérix. Mais au fait que s’est-il réellement passé à Alésia ?

Aux origines, l’ambition de Jules César

L’auteur commence par nous présenter le contexte, celui d’une Gaule « chevelue » divisée entre différents peuples, d’où émergent particulièrement les Éduens et les Arvernes. Apparaît César, politicien madré, qui obtient après son proconsulat le gouvernement des provinces de Cisalpine, Transalpine (la vallée du Rhône) et d’Illyrie. César est un homme ambitieux, persuadé qu’il a un destin. Il décide d’intervenir en Gaule, contre les Belges puis Arioviste (pourtant ami du peuple romain). Le patricien se révèle un grand chef militaire, maitrisant tactique et poliorcétique (science des sièges).  En 52 avant J.C, César est maître de la situation. Et pourtant…

Un siège et des batailles

Avec minutie, Yann Le Boec nous raconte l’émergence de Vercingétorix, noble arverne qui réussit à s’imposer comme le leader de la révolte contre les romains. Chef talentueux, il souffre cependant de la faiblesse militaire des gaulois face à une armée romaine disciplinée, entraînée et convaincue de la supériorité de son chef. Pourtant, À Gergovie, César rompt le siège et bat en retraite : c’est un succès pour le gaulois qui espère récidiver.

À Alésia, attiré par Vercingétorix, César arrive et assiège la ville. Il remporte les batailles contre les assiégés et l’armée de secours. Au final, la tactique du gaulois dite du marteau et de l’enclume échoue. La défaite gauloise d’Alésia reste en tout cas un évènement fondateur pour la France d’aujourd’hui : combien de mots d’origine celte dans la langue française, si latine ? Voilà un bien bel ouvrage, qui remet aussi les pendules à l’heure sur la question de la localisation d’Alésia : recommandé.

Sylvain Bonnet

Yann Le Boec, Alésia, Tallandier collection texto, août 2016, 224 pages, 8,50 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet