Souvenir d’une ambassade à Berlin, un document de premier ordre sur l’Allemagne nazie

Le mémorialiste et l’historien

Homme politique de centre droit, ancien sous-secrétaire d’État de Laval et Tardieu, André-François Poncet a été ambassadeur en Allemagne de 1931 à 1938 et a ensuite occupé celle de Rome de 1938 à 1940. Interné par la Gestapo pendant deux ans au Tyrol, il reviendra comme premier ambassadeur de France en RFA en 1955. Il est l’auteur d’une œuvre considérable et a été élu à l’Académie française en 1952. Ses mémoires sont ici rééditées sous l’égide de Jean-Paul Bled. Ce dernier est unanimement considéré comme l’un des meilleurs spécialistes français de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie. Son dernier ouvrage, Les Hommes d’Hitler (Perrin, 2015), était d’ailleurs remarquable par les portraits proposés de l’élite dirigeante de l’État nazi. Cette nouvelle édition de Souvenirs d’une ambassade à Berlin en vaut-elle la chandelle ?

Une chronique impitoyable

Poncet se fait le chroniqueur de la transformation de l’Allemagne en État totalitaire. Il excelle aussi comme portraitiste de ses dirigeants : on ne verra plus de la même façon Franz Von Papen et Hermann Goering ! Témoin lucide, Poncet n’est jamais dupe de ses interlocuteurs et reste toujours circonspect. Jamais Hitler ne le charmera (c’est d’ailleurs pour cela qu’il sera interné dans le Tyrol). Les passionnés de cette époque troublée y trouveront un document rare, une source de premier ordre. On peut saluer aussi le travail irréprochable de Jean-Paul Bled, précis, clair et érudit.

 

Sylvain Bonnet

André-François Poncet, Souvenirs d’une ambassade à Berlin, préface et notes de Jean-Paul Bled, Perrin, Janvier 2016, 380 pages, 24 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet