Your Name, de Makoto Shinkai

Dreams of Life

Lasse de son quotidien au cœur de la montagne, Mitsuha, adolescente sans problème rêve d’une vie trépidante à Tokyo…jusqu’au jour où, pour une raison inconnue, elle se retrouve dans la peau de Taki, un lycéen de son âge vivant à Tokyo…

Aucun film d’animation n’avait suscité un tel engouement dans les salles de l’archipel nippon depuis Princesse Mononoké. Et pourtant, Your Name réussit ce tour de force à tel point que son réalisateur Makoto Shinkai se retrouve aussi bien propulsé sur le devant de la scène que désigné comme le successeur d’Hayao Myasaki. Pourtant, l’auteur de Voyage à Agartha n’en était point à son premier coup d’essai et connaît désormais à tort ou à raison un réel succès public et critique.


Your name s’articule au départ sur les sempiternelles histoires adolescentes dont sont friands les japonais. Au-delà des poncifs, Shinkai n’hésite pas à rythmer le récit par des ellipses narratives et par un amour nullement condescendant envers son sujet et ses protagonistes. Poétique, aérien et intemporel sont les maîtres mots de cette aventure si souvent vu, si peu originale et pourtant si complexe car totalement baroque et barrée. Sa mise en scène est toujours au bord de la rupture, de l’implosion tant les détails fusent et les images défilent sans cesse, à se perdre dans ces rêves, ces réalités toute autre que l’on refuse. Car c’est bien de rupture que Shinkai parle tout au long de son œuvre : rupture avec le quotidien, les conventions, ses propres démons et ses propres peurs, toutes ces entraves qu’un autre, bien malgré nous va briser peu à peu jusqu’à la fusion émotionnelle tant espérée…et toujours sur le point de s’envoler. S’il se risque à filmer encore et toujours le contraste entre paysage urbain et rural, c’est parce qu’il parvient à retranscrire le lyrisme environnemental de chaque univers, le vide qu’il peut engendrer et les aspirations qu’il peut susciter. Mais la réussite de Your name réside non pas dans l‘exaltation du mouvement perpétuel mais dans les rares instants d’éternité : un réveil pas comme les autres puis plus rien ou encore la découverte du message désiré en lieu et place du nom de l’être aimé écrit sur le creux de la main.

Non, Shinkai n’est point l’héritier de Myasaki, car s’il n’est point dépourvu de talent, son cinéma n’a rien à voir avec l’auteur du Voyage de Chihiro. Si son Your name pourra agacer par moments par sa frénésie visuelle, il accouche cependant d’une merveilleuse invitation au voyage, au rêve et à la poursuite du rêve. On se souvient alors de l’onirisme classique de Mizoguchi et plus récemment, de la quête de Millenium Actress. Car à travers cinq dernières minutes enivrantes, ce sont les dernières volontés de Satoshi Kon qui affleurent.

Film japonais de Makoto Shinkai avec les voix de Ryonosuke Kamiki, Masami Nagasawa. Durée 1h46. Sortie le 28 décembre 2016

Articles relatifs :

About François Verstraete

François VERSTRAETE, spécialiste des cultures obliques (manga, comics, SF, JdR, JCC, MMorpg) et du cinéma de genre