L’esprit de la Ve République, l’héritage gaullien

L’essayiste

Agrégé de philosophie, Philippe Raynaud est professeur de sciences politiques et enseigne à Paris II. Son travail s’efforce d’associer l’analyse des méandres de la politique contemporaine (par exemple dans L’extrême gauche plurielle) et l’Histoire des idées. Il publie chez Perrin ces dernières semaines un essai, L’esprit de la Ve République, où il s’efforce de retracer l’histoire de ce régime bâtard, dualiste, coincé entre parlementarisme et présidentialisme, qu’est la République fondée par Charles de Gaulle et conçue pour réconcilier chez les français l’héritage de l’ancien Régime et la République (que de Gaulle réinstaura en 1944).

 

Quel avenir pour un régime protéiforme ?

 

Philippe Raynaud commence par retracer l’évolution du régime, d’abord avec la réforme de 1962 instituant l’élection du président au suffrage universel grâce à une procédure constitutionnellement douteuse mais validée par le peuple, puis avec les innovations des années 70 et enfin l’alternance en 1981. Le régime a survécu à son fondateur et s’est enrichi des apports successifs, malgré  l’absence de charisme des successeurs (à l’exception de François Mitterrand). Selon Philippe Raynaud, il souffre aujourd’hui plus d’une crise de représentativité des deux grands partis de gouvernement, tous deux libéraux et pro-européens (conséquences du tournant de 1983 et de Maastricht) que des « vices » dus à sa conception, n’en déplaise à Jean-Luc Mélenchon. L’issue la plus probable selon l’auteur est une refonte de la loi électorale, introduisant une dose de proportionnelle. Nous verrons.

 

 

Sylvain Bonnet

 

Philippe Raynaud, L’esprit de la Ve République, Perrin, mars 2017, 288 pages, 19,90 €

 

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet