Demain et tous les autres jours

Mathilde a 9 ans. Ses parents sont séparés. Elle vit seule avec sa mère, une personne fragile à la frontière de la folie. C’est l’histoire d’un amour unique entre une fille et sa mère que le film nous raconte.

C’est par la bande-annonce, aperçue au détour d’un autre film, que j’ai été happée par l’envie d’aller voir ce long-métrage. D’abord, il y était question d’une chouette chevêchette douée de parole faisant irruption dans la vie d’une petite fille à la vie passablement compliquée. La bande-annonce avait donc d’emblée des allures de conte, et laissait présager un possible enchantement.

Le deuxième point fort de ce film est d’être interprété ET réalisé par Noémie Lvovsky. Je l’avais déjà repérée en tant qu’actrice dans Actrices, Il est plus facile pour un chameau, Ah si j’étais riche ! etc… et son jeu, marqué par les traits d’un visage si reconnaissable, si expressif, m’avait plusieurs fois impressionnée.

Avec Demain, et tous les autres jours, elle semble signer un long-métrage autobiographique où elle jouerait le rôle de sa propre mère, au bord de la folie. La jeune Luce Rodriguez qui incarne la petite fille est elle aussi une véritable découverte. Probablement guidée par Noémie Lvovsky donc, elle joue de mille expressions qui la rendent tour à tour attendrissante ou inquiétante, plus encore que la mère qui incarne ici un personnage en pleine dérive à cause d’une folie latente qui ne demande qu’à s’épanouir complètement.

On ne sait à un moment si la petite chouette, parlant à la petite fille, et qui lui a été offerte par sa mère, ne parle pas pour transmettre cette folie, pour faire en sorte que l’héritage s’imprègne tout à fait. Aussi, là où l’animal aurait du être un personnage rassurant, protecteur, il a, comme le personnage de la mère, il pourrait avoir un rôle plutôt ambigu. La tension du film augmente peu à peu, nous maintenant entre fascination, inquiétude et malaise. Il ne s’agit pas de la tension qu’on pourrait trouver dans un thriller, mais d’un malaise planant comme on pourrait le ressentir face à une situation glissante, dérangeante. Quelque chose n’est pas normal, quelque chose ne va pas dans ce qui se déroule, mais comme le scénario glisse lentement et presque gentiment vers ce fil délicat, sans flirter avec le malsain, on se laisse entraîner comme les personnages, on dérive.

Mathieu Amalric, lui, est bien loin de ses personnages habituels : paternel inquiet et bienveillant, il semble totalement dépourvu d’arrière pensée, sinon peut-être trop distant pour prouver totalement son implication et sa faculté à en découdre avec le drame qui se déroule lentement à sa porte.

La réalisatrice est quand à elle parfaite dans ce rôle de mère au bord de l’abysse, traînant sa robe de mariée souillée dans la nuit de la ville sans plus connaître la raison de son égarement ni le prénom de ce qui pourrait la sauver.

Demain et tous les autres jours se présente comme un conte un peu merveilleux, un peu dramatique, et à la frontière du tragique. Comme beaucoup d’histoires vraies, il s’agit d’un parent qui pour préserver son enfant, ne pas voir les rôles s’inverser, se confie où l’on peut gérer la folie. C’est un film d’une folle tendresse, et qui serait d’une grande tristesse sans le talent des acteurs, l’humour de la réalisatrice, sa grande autodérision, et la magie d’une caméra simple qui s’échappe parfois par un vol de chouette. A voir absolument.

Demain et tous les jours, de Noémie Lvovsky, avec Noémie Lvovsky, Luce Rodriguez, Mathieu Amalric, 1h30 environ.

Articles relatifs :

About Stéphanie Joly

D'abord critique littéraire dès 2004 pour le Journal de la Culture, puis pour la Presse littéraire. Collabore ensuite au Magazine des Livres, et à Boojum, l'animal littéraire en ligne. Tient un blog depuis 2003. Son nouveau site s'intitule désormais Paris-ci la Culture. Il parle de littérature, toujours, de cinéma, de théâtre, de musique, mais aussi de publicité, de séries TV. En bref : de Culture. Avec Paris-ci la Culture, la Culture a son divan, mais surtout, elle est relayée LIBREMENT. PILC Mag vient compléter le tout presque chaque mois : un magazine gratuit en ligne hébergé sur Calameo.