Djihad 1914-1918, la chimère du kaiser

Un spécialiste de la Grande Guerre

 

De Jean-Yves Le Naour, on connait bien sûr sa série en 5 volumes, un par année, paru chez Perrin de 2012 à 2016 ainsi que de nombreux ouvrages plus spécialisés comme Les soldats de la honte (Perrin, 2011) sur les mutinés. On lui doit également des ouvrages plus généralistes, plus grands publics, comme Une histoire de l’avortement (Seuil, 2003)) ou Une histoire de la peine de mort (Perrin, 2011). Ici, il s’intéresse à un aspect méconnu de la Grande guerre, à savoir la façon dont les allemands ont essayé d’instrumentaliser la religion musulmane pour pousser à la révolte les populations des empires coloniaux français et britanniques.

 

Un échec désastreux

 

Avec brio, Le Naour raconte comment les allemands, dès l’avant-guerre, ont cherché la sympathie des masses musulmanes, comme au Maroc où Guillaume II tenta de bloquer l’influence française. Berlin en tira un partenariat stratégique avec un empire ottoman en pleine déliquescence avec un objectif clair : en cas de guerre, le sultan-calife proclamerait la guerre sainte contre les infidèles. Ce qu’il fit, sans grand résultat. Au Maghreb, les marocains ignorèrent superbement cette proclamation, n’obéissant qu’à leur propre sultan, et les masses algériennes et tunisiennes ne bougèrent pas. Au contraire, la France n’eut qu’à se féliciter de la loyauté de ses colonies et de l’enrôlement de nombreux soldats arabes. Mais rien ne bougea en leur faveur après la victoire, particulièrement  en Algérie… Voici un très bon livre qu’on ne peut que recommander aux amateurs.

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Jean-Yves Le Naour, Djihad 1914-1918, Perrin, novembre 2017, 304 pages, 20 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.