Les parias de la République, une contre histoire

Un historien atypique

Haut fonctionnaire, Maxime Tandonnet s’est fait connaître en publiant Au cœur du volcan (Flammarion, 2014) où il racontait son expérience de conseiller au sein du cabinet présidentiel de Nicolas Sarkozy. On lui doit aussi une histoire des présidents de la République (Perrin, 2013), plutôt bien rédigée et documentée. Avec Les parias de la République, il se propose de nous faire découvrir les portraits de ceux qui, à un moment de leur carrière, ont transgressé les coutumes de la politique et se sont retrouvés mis au ban du système.

Une fascinante galerie de portraits

Du duc de Broglie à Edith Cresson, en passant par Alexandre Millerand et Georges Bidault, on voit défiler toute l’histoire des IIIe, IVe et Ve République. Mal aimés, incompris, ostracisés, ces « parias » ont occupé de hautes fonctions et à un moment ont été mis au rancart. Souvent, ils ont eu le tort d’avoir raison trop tôt comme André Tardieu, qui préconisait des solutions institutionnelles proches de celles mises en place par le général de Gaulle. Ou alors ils étaient à contrecourant de leur parti, comme Jules Moch ou, dans une moindre mesure, Michel Poniatowski. En tout cas, c’est presque à une contre histoire de la République que nous invite Maxime Tandonnet. Revigorant.

 

 

Sylvain Bonnet

Maxime Tandonnet, Les parias de la République, Perrin, janvier 2017, 380 pages, 23,90 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.