François-Joseph, derrière l’image d’épinal

Une passion germanique

 

Professeur émérite à Paris IV, Jean-Paul Bled a enseigné à des générations d’étudiants l’histoire de l’Allemagne et de l’Autriche, insistant par exemple un jour auprès de l’auteur de ces lignes sur le recès de 1803 qui réorganisa le vieil empire romain germanique, en supprimant la majorité des Etats qui le composaient et en sécularisant de vieilles principautés ecclésiastiques. Jean-Paul Bled est aussi connu pour son engagement gaulliste, qui l’amena à voter non au traité de Maastricht, à l’instar de Charles Pasqua et Philippe Séguin. Cet engagement se traduisit aussi dans le domaine de la recherche puisqu’il présida les Cercles universitaires d’études et de recherches gaulliennes (1973-1990), fut directeur de la revue Études gaulliennes et collabora régulièrement à Espoir, la revue de la Fondation Charles de Gaulle. Le grand public des amateurs d’histoire apprit à le connaître en 1987 avec cette biographie de François-Joseph, première d’une série qui remporta un franc succès. Fin 2016, Perrin a republié cette biographie, dans une version revue par l’auteur, l’occasion de se repencher dessus.

 

Un Prince et son Empire

 

Cette biographie débute par une présentation de l’Autriche en 1848, l’année du « printemps des peuples », de ses forces et de ses faiblesses. Restaurée par le traité de Vienne, dirigée par Metternich (surtout depuis l’accession au pouvoir de Ferdinand, un déficient mental), l’Autriche joue un rôle « conservateur » en Europe, luttant contre libéralisme et « éveil » des nationalités. Mais en 1848 l’édifice tremble, les patriotes allemands rêvent d’une grande Allemagne, incluant l’Autriche, tandis que la Hongrie rêve de son indépendance. Les femmes de la dynastie, Sophie de Habsbourg en tête, se débarrassent de Ferdinand (Metternich est déjà sur la route de l’exil) et bombardent le fils de cette dernière empereur. François-Joseph, jeune homme intelligent et bien de sa personne, monte sur le trône, tranchant complètement par rapport à son prédécesseur. Il reste que l’Empereur engage durant les premières années de son règne une politique néo-absolutiste. Cette orientation se fracasse sur les défaites extérieures, en Italie face à Napoléon III et aux piémontais et à Sadowa face aux prussiens.

 

L’homme du compromis

 

Chassé d’Allemagne, François-Joseph, inspiré par ses conseillers (et aussi, moins qu’on ne l’a dit, par son épouse Sissi), se résigne au compromis dualiste avec la Hongrie en 1867, au détriment des autres nationalités. Il espère prendre sa revanche sur la Prusse, se rapproche de la France en ce sens. La défaite française en 1870 sonne le glas de ses espoirs de retour de l’influence autrichienne en Allemagne, unifiée sous la férule des Hohenzollern. François-Joseph, comme le démontre Bled, se résigne et se concentre sur l’administration de son empire. Il accepte même de s’allier avec le vainqueur allemand. Et l’Autriche devient donc son brillant second…

 

L’empereur éternel

 

Avait-il le choix ? Son fils Rodolphe caressait l’espoir d’un rapprochement avec la France républicaine mais le drame de Mayerling met un point final à ces velléités. Le drame de François-Joseph, qui l’objet d’un véritable culte de la part de ses sujets, est d’affronter des drames familiaux, qui culminent avec l’assassinat de son neveu François-Ferdinand à Sarajevo en juin 1914, drame inaugural de la Grande Guerre. Le paradoxe de cet empire austro-hongrois, travaillé par les nationalités, est de manifester un grand loyalisme à François-Joseph lors de la mobilisation, preuve que rien n’était écrit. Sa mort en 1916 et la fin de l’Empire en 1918, ne marquent pas la fin de sa légende, célébrée dans toute la Mitteleuropa encore aujourd’hui. Drôle de destin que celui de cet empereur bureaucrate qui eut un jour un coup de foudre retentissant pour une certaine Sissi. Le travail de Jean-Paul Bled est éblouissant, lisez cette superbe biographie.

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Jean-Paul Bled, François-Joseph, Perrin, novembre 2016, 864 pages, 12,50 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.