Histoire de la Résistance, l’honneur de la France

Un spécialiste de la seconde guerre mondiale

L’amateur d’histoire de la seconde guerre mondiale connaît bien Olivier Wieviorka, auteur de nombreux ouvrages sur la période, particulièrement en France. On lui doit notamment une Histoire du débarquement en Normandie (Seuil, 2006) ou Une histoire de la Résistance en Europe (Perrin, 2017), qui font autorité. Olivier Wieviorka a aussi travaillé à une entreprise originale avec Jean Lopez, Les mythes de la seconde guerre mondiale, dont deux volumes sont parus à ce jour. En début d’année, Perrin a réédité en poche dans sa collection « Tempus » son Histoire de la Résistance, parue initialement en 2013, ouvrage original qui abordait le phénomène résistant sans tabous.

Une Résistance duale et originale

La lecture de l’ouvrage laisse apparaître tout d’abord la dichotomie profonde entre résistance extérieure, incarnée par le général de Gaulle et l’appel du 18 Juin, et la résistance intérieure. Cette dernière a des origines variées, a parfois grandi à côté de Vichy (on pense au mouvement d’Henri Frenay), souvent en opposition frontale. Olivier Wieviorka note avec sagacité les différents tournants : invasion de l’URSS, le STO,  etc… On note aussi l’indifférence « relative » des mouvements à la question juive, tournés vers la lutte contre l’occupant. Enfin, contrairement à certains mythes « résistancialistes », l’efficacité militaire de la Résistance fut sinon faible, du moins limité. Par contre, politiquement, elle sauva plus que l’honneur et contribua à empêcher une guerre civile en France lors de la Libération.

Voici une excellente synthèse sur le sujet.

 

 

 

Sylvain Bonnet

Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance, Perrin « tempus », janvier 2018, 768 pages, 12 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet