1917 La Russie et les russes en révolutions, préhistoire de l’URSS

 

Un jeune historien

 

Ancien élève de Normale sup, agrégé d’Histoire, maître de conférences à l’université de Strasbourg, Alexandre Sumpf s’est fait connaître du public des amateurs d’histoire (et d’histoire russe) avec deux ouvrages bien documentés, De Lénine à Gagarine, une histoire sociale de l’Union soviétique (Gallimard, 2013) et La Grande Guerre oubliée, Russie 1914-1918 (Perrin, 2014). Il a aussi publié une biographie intéressante de Raspoutine (Perrin, 2017). À l’automne dernier, il a sorti 1917 la Russie et les Russes en révolutions.

 

L’utilisation de toutes les sources disponibles

L’ouvrage d’Alexandre Sumpf a ceci d’original de vouloir utiliser l’ensemble des sources concernant les révolutions de Février et d’Octobre, y compris les actualités et les films réalisés à l’époque. A fortiori à raison car le jeune cinéma était à même d’enregistrer l’évènement et ses reconstitutions opérés dans des vues idéologiques. À l’instar de Marc Ferro, Sumpf utilise les archives des soviets, les correspondances, les livres écrits après coups par les acteurs. Qu’en tire-t-il ?

 

Un moment de liberté unique dans l’histoire russe

Il en ressort que de février à octobre 1917, les mondes russes (pas de meilleure expression) ont connu un moment de liberté incroyable. L’abdication du Tsar et l’effondrement des anciennes structures laissent pour la première fois une parole libre à la société. Ouvriers, soldats, membres des minorités ethniques, femmes : tous parlent, s’expriment, débattent au prix de la déliquescence de l’autorité de l’ancien Etat monarchique. Les soldats contestent les ordres des officiers, forment des comités ; les ouvriers font de même et remettent en cause la hiérarchie dans les usines. Toute une société, en pleine guerre, s’interroge sur elle-même.

 

Et les bolcheviks arrivèrent…

Alors qu’ils sont minoritaires politiquement (les socialistes révolutionnaires, SR, arriveront en tête pour la constituante de janvier 1918), les bolcheviks de Lénine vont s’emparer du pouvoir. Pourquoi ? Alexandre Sumpf montre bien la montée progressive de l’anarchie durant l’année 1917. Kerenski, nouvel « homme fort », n’arrive pas à redresser la barre, surtout les plans économiques et militaires. La radicalité du discours de Lénine, son maximalisme, vont finir par payer et lui libérer un espace politique. Ainsi naquit la grande superpuissance soviétique qui s’évapora en 1991 de la même façon que sa devancière tsariste… Excellent livre.

 

 

Sylvain Bonnet

Alexandre Sumpf, 1917 La Russie et les Russes en révolutions, Perrin, octobre 2017, 528 pages, 25 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.