Elisabeth II, une reine qui force l’admiration

L’historien des rois et des reines

 

Depuis plus de quarante ans, Jean des Cars écrit des ouvrages sur les monarques européens, passés et présents (et oui, il y en a encore !) avec un succès qui ne s’est jamais démenti dans ce pays qui autrefois décapita Louis XVI et sa femme. Récemment, on lui doit un Nicolas II et Alexandra de Russie (Perrin, 2015) et un François-Joseph et Sissi (Perrin, 2017), ainsi que Le hameau de la Reine (Flammarion, 2018). Il livre ici une biographie d’Elisabeth II, reine de Grande-Bretagne et aussi d’Australie, de Nouvelle-Zélande et du Canada.

 

 

« Plutôt scier du bois que d’être Roi d’Angleterre ! » (Charles X)

 

Rappelons que la dame règne depuis 1952. Si le pouvoir exécutif est aujourd’hui entre les mains du premier ministre et donc qu’elle n’a que peu de pouvoirs réels, elle incarne cependant la continuité de l’Etat et de la nation britannique. Dans un pays où la majorité des citoyens se revendique monarchiste, elle est un point de repère, y compris avec ses inévitables chapeaux. Rappelons qu’elle n’aurait jamais dû régner : c’est l’abdication d’Edouard, son oncle, qui amène son père Georges VI au pouvoir et ensuite elle-même. Le constat aujourd’hui est sans appel : la reine d’Angleterre, malgré l’usure du temps et les scandales des années 80 et 90, conserve un prestige moral et une popularité à faire pâlir d’envie Emmanuel Macron.

 

 

Une femme de devoirs

 

Elle a surmonté les crises politiques, a mis au monde princes et princesses, s’est efforcé de donner une place à son mari Philip qui s’ennuyait un peu, a dû affronter les problèmes conjugaux de sa sœur, de ses enfants… La reine a eu beaucoup à faire. Rappelons aussi qu’elle a connu les épreuves de la seconde guerre mondiale, la reconstruction, le swinging London, les Beatles et Churchill, « l’hiver du mécontentement » et l’entrée dans l’Union Européenne et maintenant le Brexit… Qu’elle n’a d’ailleurs pas souhaité. A 92 ans, elle continue de remplir ses devoirs de reine, consciencieusement. On peut être républicain et avoir aussi de l’estime pour une femme qui tient son rang avec constance. Cette biographie de Jean des Cars lui rend hommage.

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Jean des Cars, Elisabeth II, Perrin, octobre 2018, 528 pages, 25 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.