Le rôle de la guêpe, l’enfer de l’enfance

Un auteur qui joue gros

Texan d’origine, Colin Winnette est l’auteur de Là où naissent les ombres (Denoël, 2016) et de Coyote, (Denoël, 2017) qui ont remporté un certain succès. Avec Le rôle de la guêpe, son ambition affichée est de livrer un roman noir, très noir, reprenant en partie Sa majesté des mouches de William Golding. Pari tenu ?

 

Un orphelinat bien particulier

Un jeune garçon, un peu gros, arrive dans un orphelinat. Il est accueilli par le directeur qui lui dresse un portrait sévère mais juste de son établissement. Cela n’empêche pas le jeune garçon d’être agressé par un de ses camarades dès son premier jour de classe, premier signe d’une hostilité générale à son égard : pour tous, il est l’étranger. Il voit aussi le directeur manipuler les élèves, jouer de leurs faiblesses. Tout bascule quand il découvre lors d’une corvée le cadavre de l’institutrice, miss Klein. Il suspecte tout de suite le directeur d’avoir été son amant et de l’avoir assassiné. Malheureusement, il se bat avec son camarade de corvée et le tue accidentellement. Dans l’impossibilité d’avouer son crime qui le lierait à celui de l’institutrice, il se débarrasse des cadavres et rentre à l’orphelinat. Là, un orage éclate qui isole l’établissement du reste du monde. C’est le début d’évènements de plus en plus mystérieux qui vont mener le jeune garçon au bout de lui-même.

 

Un thriller intriguant

On referme Le rôle de la guêpe avec des impressions mitigés. L’auteur a très bien su peindre l’enfance, ses doutes et ses cruautés. La chute du roman est aussi très bien réussie (désolé, il faudra le lire pour comprendre !). Par contre, comparer ce roman au livre de William Goulding le dessert : on est loin de l’intensité dramatique de ce classique même si l’atmosphère et l’ambiance générale y fait penser. Voici en tout cas un roman plein de surprises et de chaussetrapes qui feront les délices de l’amateur de thriller.

 

Sylvain Bonnet

Colin Winnette, Le rôle de la guêpe, traduit de l’anglais (États-Unis) par Robinson Lebeaupin, Denoël, septembre 2018, 208 pages, 20 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.