Pauline Bonaparte, la vénus de l’empire

 

 

Journaliste, auteur, historienne

 

Journaliste de formation, Florence de Baudus a publié des romans aux éditions du Rocher : Le lien du sang en 2000, Le jardin de l’infante en 2005, Or ils s’aimaient en 2008. Elle s’est également déjà intéressé aux Bonaparte : on lui doit aussi une biographie de Caroline Bonaparte, sorti chez Perrin en 2014. La voici qui se tourne vers l’autre sœur, Pauline, adorée des hommes de son temps, mal mariée mais restée fidèle envers et contre tout à son frère.

 

La sœur adorée de Napoléon

 

On doit reconnaître que Pauline était la préférée de Napoléon. Il la détourna d’ailleurs de Fréron et lui choisit comme mari un de ses généraux, Leclerc. Le malheur de Pauline est de devenir veuve très jeune en 1802 et d’être aussi très belle : bien que remariée au prince Borghèse, les hommes se pendent à son cou. Elle perd malheureusement son fils Dermide en 1804. Elle inspirera le sculpteur Canova pour sa Venus Victrix. On devine dans ce livre de Florence de Baudus le portrait d’une princesse qui souffre finalement de sa destinée, qui étouffe aussi : en 1807, elle souffre d’être éloigné de son amant et angoisse pour son empereur de frère en pleine campagne de Pologne. Au final, disons-le simplement : il n’était pas si facile d’être la sœur de Napoléon.

 

 

Sylvain Bonnet

 

Florence de Baudus, Pauline Bonaparte, Perrin, novembre 2018, 448 pages, 24 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.