Les premiers ministres qui ont fait l’Angleterre, un ouvrage terne

Un banquier devenu historien

 

On voit souvent d’anciens diplomates devenir historiens (il en fut ainsi du regretté Jacques-Alain de Sédouy) mais là c’est un banquier qui est tombé amoureux de Clio : Antoine d’Arjuzon a ainsi publié plusieurs biographies, dont une de Wellington (Perrin, 1998) et une autre du roi Edouard VII qui favorisa l’Entente cordiale durant son règne (Perrin, 2004). Il a publié en mai dernier Les Premiers ministres qui ont fait l’Angleterre, consacré aux locataires du 10, Downing street depuis le XIXe siècle.

 

Dictionnaire ou synthèse ?

 

Drôle d’ouvrage en vérité. On trouve des chapitres clairement biographiques consacrées à des personnalités (Churchill bien sûr mais aussi Disraeli, Lloyd George ou Thatcher) marquantes, d’autres à des gens plus ternes (Ramsey MacDonald, Harold McMillan ou Stanley Baldwin). Certains chapitres donnent aussi l’impression de ratisser large sur des personnalités de troisième ordre, comme celui consacré à Liverpool, Canning et Wellington. Soit. Pour être exhaustif, notons que d’Arjuzon passe très vite sur Lord Grenville et son ministère de tous les talents qui succéda à Pitt le jeune et qui tenta de négocier la paix avec la France de Napoléon. Plus grave, la plupart des notices passe très vite sur les grandes questions ayant agité ces personnages plus ou moins illustres. Quant au passage consacré à Tony Blair et à sa gestion de la deuxième guerre du Golfe, on a l’impression que l’auteur sert la soupe à son personnage, qui a suivi aveuglément Bush jr. Dommage donc.

 

Notons cependant que des biographies en français consacrées à Lloyd George ou Palmerston seraient les bienvenues !

 

Sylvain Bonnet

 

, Les Premiers Ministres qui ont fait l’Angleterre, Perrin, mai 2018, 320 pages, 21 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.