Marlène Dietrich, la déesse du cinéma

Quand l’historien se fait cinéphile

 

On connait surtout Jean-Paul Bled pour ses biographies de François-Joseph (Fayard, 1987), Frederic II (Fayard, 2004) ou Bismarck (Perrin, 2011). En tant que professeur à la Sorbonne, il a donné sur les mondes germaniques pendant des années. Or, le voici qui revient avec un sujet plutôt original (on ne l’attendait pas en fait), Marlène Dietrich ! Notre grand historien a choisi de s’intéresser à la vie de l’un des plus grands mythes du cinéma. Pourquoi donc ? On va vite comprendre pourquoi.

 

Un destin allemand

 

A travers la vie de Marlène Dietrich se joue en effet les scènes les plus tragiques de l’histoire allemande. Née à Berlin, élevée à la « prussienne », vite orpheline de père, la future Marlène rêve d’abord de devenir musicienne avant de s’orienter vers le cabaret et les revues. Elle tient quelques petits rôles dans des films de la UFA avant d’être repérée par Josef Von Sternberg qui l’embauche pour le rôle de Lola-Lola dans L’ange bleu. Elle devient sa muse, sa maîtresse et lui son pygmalion. Quand elle part pour l’Amérique qu’elle quitte son pays pour de bon. Marlène fait partie de ces artistes allemands -citons Remarque, un de ses amants, ou Fritz Lang – qui refuseront toute compromission avec le régime nazi, ce qu’une partie des allemands ne lui pardonneront jamais. Elle choisira pourtant d’être enterré à Berlin. Pour Bled, sa vie est aussi une façon de revisiter l’histoire d’un pays auquel il a consacré sa vie.

 

 

Un mythe

 

Rivale de Garbo, Marlène va s’imposer avec les films de Sternberg, Shanghai Express et L’impératrice rouge étant les meilleurs (contrairement à L’ange bleu, qui a très mal vieilli) et tournera avec Lubitsch (Ange), Wilder (La scandaleuse de Berlin), Welles (La soif du mal). Bisexuelle, elle multiplie les liaisons mais reste aussi dans l’histoire pour avoir été la compagne de Jean Gabin, un des meilleurs acteurs français de l’histoire : leur histoire est ici racontée de manière savoureuse, touchante aussi. Plus de vingt ans après sa mort, Marlène Dietrich fait toujours rêver, c’est le grand mérite de cette biographie que de nous le rappeler.

 

 

Sylvain Bonnet

 

Jean-Paul Bled, Marlène Dietrich – la scandaleuse de Berlin, Perrin, février 2019, 380 pages, 24 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.