Le siècle des dictateurs, des monstres si humains

 

Quel projet !

 

En coédition avec le journal Le Point, les éditions Perrin viennent de publier Le siècle des dictateurs, ouvrage collectif dirigé par Olivier Guez, auteur de la disparition de Josef Mengele (Grasset, 2017). Les dictateurs du XXe siècle sont à la mode, on a bien vu aussi un ouvrage de Diane Ducret sur leurs femmes (Perrin, 2011). Nous avons ici vingt portraits de tyrans sanguinaires, de Hitler à Staline, de Pétain à Franco mais aussi de Stroessner à Enver Hodja, moins connus.

 

Les meilleures signatures

 

Olivier Guez a fait appel le plus souvent à des spécialistes pour signer les portraits de ces hommes sortis du commun le plus souvent pour le pire. Ainsi Stéphane Courtois se charge de Lénine, Bénédicte Vergez-Chaignon de Pétain (rappelons qu’on lui doit une biographie remarquable parue chez Perrin en 2014), Nicolas Werth de Staline. Signalons aussi Vincent Hugueux qui se charge du portrait de Khadafi à qui il a consacré une biographie chez Perrin en 2017. Quitte à écrire sur des cas cliniques, autant prendre les meilleurs !

 

Un profil spécifique ?

 

Difficile de tirer un portrait-robot du dictateur, nos profilers politiques en ont pas pour leur argent… Un Pétain, militaire glorieux un poil réac, homme à femmes, n’avait pas a priori le profil a priori (tous se sont laissés prendre). Et quid de Pol Pot, étudiant parisien charmant et dirigeant toujours affable (qui massacra un quart de la population cambodgienne) ? Quid de Stroessner, militaire à poigne ? Et que dire de Mao ou de Staline ? Leur seul point commun est une indifférence complète à la vie humaine.

 

Des inconnus bien typiques

 

Signalons ici les portrait d’inconnus comme Stroessner qui gouverna le Paraguay plus de quarante ans, avec le soutien des Etats-Unis, et Enver Hodja : ce dernier dirigea la petite Albanie jusqu’au cœur des années 80, d’abord grâce aux soviétiques puis aux chinois. Il n’en fut pas moins implacable en mettant en place une police secrète, des camps et en éliminant ses anciens compagnons d’armes… On ne peut que former ici le vœu que le XXIe siècle soit moins fertile en tyrans…

 

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Olivier Guez (sous la direction de ), Le siècle des dictateurs, Perrin, août 2019, 450 pages, 22 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.