La traque des résistants, efficacité allemande et résilience française

Un historien de l’Occupation

Directeur de la Fondation de la Résistance, Fabrice Grenard a signé bien des ouvrages sur les années noires. Citons Tulle, enquête sur un massacre (Tallandier, 2014) et Une légende du maquis, Georges Guingouin (Vendémiaire, 2014).  Avec Florent Le Bot et Cédric Perrin, Fabrice Grenard a aussi publié une histoire économique de Vichy (Perrin, 2017) particulièrement intéressante et qui démontrait bien la vassalisation économique de l’Etat Français. En début d’année, il a publié La traque des résistants (avec un chapitre rédigé par Jean-Pierre Azéma sur la capture de Jean Moulin) chez Tallandier, une occasion de revenir sur la répression policière allemande et vichyste, ainsi que sur les méthodes employées.

Traîtres et « VM », agents de la machine répressive

A l’origine de la capture d’Honoré d’Estrienne d’Orves ou du démantèlement du réseau Alliance par exemple, on trouve des « VM », soit des espions stipendiés par les services du Reich, Ahwehr ou SD ou encore division Brandebourg. Cela peut être des résistants qui ont été retournés ou des français qui adhèrent au IIIe Reich, chargés d’infiltrer des réseaux. Il y a bien sûr des mystères qui demeurent, comme celui autour de la capture de Jean Moulin et du rôle joué par le fameux René Hardy. En tout cas, la fragilité des réseaux de résistance frappe le lecteur. Les allemands n’ont aucune peine à apprendre leur existence et à les frapper. Une autre chose retient l’attention du lecteur : la résilience de ces réseaux. A aucun moment les allemands n’arrivent pas d’une part à faire parler Jean Moulin ou Pierre Brossolette (leur courage émeut) et à aucun moment d’autre part la Résistance ne s’effondre. Les réseaux se maintiennent, se reconstituent en permanence : messieurs chapeau bas !

 

 

Sylvain Bonnet

Fabrice Grenard (et Jean-Pierre Azéma), La traque des résistants, Postface de Frédéric Quéguineur, Tallandier, février 2019, 336 pages, 21,90 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.