Nam Phuong, un destin oublié

Un ouvrage insolite

Curieuse entreprise de premier abord que de consacrer une biographie à l’épouse de Bao Dai, dernier empereur du Vietnam (on disait Annam), Nam Phuong ! François Joyeux, ancien enseignant à l’institut des langues orientales, a relevé ce beau défi. Qu’y apprend on en définitive ?

 

Une figure du système colonial indochinois

La future Nam Phuong est née dans une famille bourgeoise catholique, plutôt bénéficiaire de l’Indochine française. Elle effectue ses études en France au couvent des oiseaux et apparaît très vite comme autant française que vietnamienne. Et surtout elle est catholique, donc membre d’une minorité religieuse, proche des français et en même temps profondément patriote. Elle est mariée au jeune empereur Bao Dai, malgré leur différence religieuse (il est bouddhiste) dont on craint qu’elle affaiblisse la position du jeune empereur. Au début, le mariage est heureux et la jeune impératrice est populaire.  Elle trouve sa place dans la colonie, fleuron de l’empire français, et est même en voyage à Paris avec son époux quand éclate la guerre.

 

Une pièce dans le grand échiquier vietnamien

 

Elle rejoint l’Indochine en 1939 et vivra la guerre sur place. Elle assiste de loin à la défaite française et à l’arrivée de l’amiral Decoux, gouverneur vichyste, durant l’été 1940. Surtout, elle et son mari assistent à la montée en puissance des japonais qui prennent le contrôle de la colonie avant de proclamer l’indépendance en mars 1945. Malgré leurs amitiés françaises, le couple impérial soutient la proclamation, ce qui leur sera reproché. En septembre, c’est le vietminh qui s’empare du pouvoir et éloigne Nam Phuong du pouvoir : son mari abdique. De fait, l’impératrice assiste à des manœuvres politiques qui la dépassent un peu, jusqu’au retour des française et son départ définitif du Vietnam en 1948, pour protéger ses enfants. Elle reste pourtant populaire dans son pays, plus que son mari (qui la trompe ouvertement), même aujourd’hui : elle est un peu leur Marie-Antoinette. Elle mourra en France en Corrèze tandis que son fils est officier dans l’armée française. Sa vie est une occasion de revisiter le rêve impérial et colonial français sous un angle différent.

 

 

 

Sylvain Bonnet

~François Joyeux, Nam Phuong, Perrin, octobre 2019, 368 pages, 23 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.