César contre Vercingétorix, la guerre des Gaules n’est pas finie

Archéologie et histoire

Archéologue de formation, Laurent Olivier est conservateur en chef des collections d’archéologie celtique et gauloise au musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-En-Laye. Il a axé ses recherches autour d’une approche anthropologique des cultures de l’âge du fer d’Europe de l’ouest, particulièrement dans le domaine funéraire. Il a notamment publié Nos ancêtres les germains : les archéologues français et allemands au service du nazisme (Tallandier, 2012) et Le pays des Celtes : mémoire de la Gaule (Seuil, 2018). Chez Belin, il vient juste de sortir César contre Vercingétorix, lecture assez stimulante de la guerre des Gaules  et de l’affrontement entre ces deux figures devenues légendaires.

 

Un affrontement singulier

L’historien de l’antiquité est principalement tributaire du récit de César, La guerre des Gaules, qui raconte comment en 52 avant notre ère le proconsul romain a dû faire face à la révolte d’un pays qu’il pensait pacifiée, sous l’égide du prince arverne Vercingétorix. Ce récit a été soumis à la lecture de plusieurs historiens et archéologues et présente des lacunes, des oublis, voire des mensonges. Loin d’avoir été un idiot, Vercingétorix était un fin stratège, probablement très au fait des tactiques romaines et ancien otage de César (je renvoie à la biographie de Jean-Louis Bruneaux, parue chez Gallimard en 2018 : César a pu former Vercingétorix). Il faillit l’emporter en fait : Gergovie fut une victoire gauloise et Alésia aurait connu une toute autre issue si l’armée de secours avait eu plus de mordant. Vercingétorix a sans doute payé cher les divisions de la Gaule : ah ces gaulois querelleurs et réfractaires au changement (je revendique mon ironie)…

 

Une postérité incroyable

L’amateur découvrira avec ce livre de Laurent Olivier combien la figure de Vercingétorix a fasciné les hommes de l’antiquité. On découvre des versions alternatives de sa reddition devant César avec Tite-Live, Plutarque et Orose (peut-être aussi à cause des spectacles donnés à Rome pendant les premiers siècles de l’Empire). On reproche à demi-mot au conquérant sa cruauté envers son adversaire, étranglé après son triomphe à Rome. Rebelle, stratège, symbole de la nation française qui revendique ses ancêtres gaulois sous la IIIe République, Vercingétorix est une figure qui ne cesse de nous questionner. Ce grand livre (oui, je pèse mes mots) dresse un panorama du personnage et de son impact à travers les siècles, y compris les querelles autour du site de la bataille d’Alésia. Il est aussi une belle introduction à une civilisation gauloise encore méconnue. Tout simplement magistral.

 

Sylvain Bonnet

~Laurent Olivier, César contre Vercingétorix, Belin, octobre 2019, 420 pages, 24 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.