Histoire mondiale de la guerre froide, une autre forme de guerre

Un historien norvégien et britannique

 

Peu connu en France, Odd Arne Westad est un historien norvégien qui enseigne l’histoire des relations économiques à la London School of Economics. Les lecteurs français ont pu lire de lui La guerre froide globale : le tiers monde, les Etats-Unis et l’URSS (Payot, 2007) et surtout une histoire du monde parue, coécrite avec John M. Roberts et dont trois volumes ont été traduits chez Perrin. Et c’est toujours Perrin qui a publié en octobre 2019 cette Histoire mondiale de la guerre froide, magnum opus qui ouvre de nouvelles perspectives et aussi pas mal de débats.

 

Une nouvelle périodisation

 

Au lieu de faire débuter classiquement cette guerre froide en 1945 après la chute du IIIe Reich, Westad fait débuter son histoire en 1890, lors du déclenchement d’une grande crise économique qui voit les partis ouvriers et socialistes marquer des points. On peut discuter de ce choix : le monde est alors dominé par l’Europe, les Etats-Unis sont en pleine émergence et il n’y a pas d’URSS… Cependant, le système de pensée marxiste est là, sa critique du capitalisme gagne de nombreux soutiens et surtout l’Empire russe est en plein ébullition : un tsar y a été assassiné et l’agitation politique y est forte, surtout après la défaite de 1905 face au Japon.

 

Une synthèse réussie et de grande ampleur

 

Le récit de la guerre froide proposée par Westad est bien mené, fidèle dans ses grandes lignes à ce qui est proposé aux étudiants (cf la guerre de cinquante ans de Georges-Henri Soutou) et explicite bien ses aspects militaires, économiques, idéologiques. Elle donne une grande importance aux évènements dans le tiers monde, en Amérique latine et en Afrique par exemple et c’est remarquable. A raison, elle accorde une grande importance aux conséquences de la conférence d’Helsinki en 1975 et à la fameuse troisième corbeille, celle des droits de l’homme, que les dirigeants soviétiques ont négligé et qui va donner une formidable assise aux dissidents en Europe de l’est et en URSS. On regrettera cependant à l’auteur de négliger les partenaires des américains, britanniques et français (on note ici et là des commentaires méprisants sur de Gaulle), qui ont pu avoir une réelle influence sur le déroulé des évènements. C’est dommage car ce livre ne manque pas de qualités dont la clarté. Et l’auteur a raison sur un point : nous sommes bien les héritiers de cette période.

 

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Odd Arne Westad, Histoire mondiale de la guerre froide, traduit de l’anglais par Martine Devillers-Argouac’h, Perrin « domaine étranger », 720 pages, 28 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.