Journal intégral, Napoléon à son crépuscule

 

Un témoin de premier plan…

Le général Gourgaud fait partie de la petite cour qui suivit Napoléon en exil, aux côtés de Las Cases, des généraux Bertrand et Montholon. On connaît moins son journal, autrefois édité par Octave Aubry, aujourd’hui réédité avec ses passages les plus caustiques et les plus virulents grâce au travail de Jacques Macé dans la collection « Bibliothèque de Sainte-Hélène ». Eh oui cher lecteur, le général Gourgaud en avait, lors de son séjour à Sainte Hélène, gros sur la patate comme aurait dit ma grand-mère !

 

Napoléon tel qu’en lui même

Depuis que Las Cases a été expulsé à la fin de l’année 1816, Napoléon voit son moral baisser. Accablé par les tracasseries d’Hudson Lowe, il se défoule sur son entourage. Si Montholon trouve grâce à ses yeux (et les charmes d’Albine y sont pour quelque chose), il se défoule avec Gourgaud. Ce dernier, comme Las Cases, note tout. On découvre dans ce journal un Napoléon qui ressasse son règne, critique sa famille – Joseph et Murat surtout -, son entourage, la France. Au fond, il n’a pas digéré sa chute. Il taquine Gourgaud sur la religion car ce dernier a gardé la foi. Napoléon va jusqu’à dire qu’il aurait pu se faire musulman ! On découvre aussi des propos très « lestes » sur les femmes : Gourgaud raconte qu’il avait à un moment voulu épouser la fille de Roederer et Napoléon lui demande s’il a eu son pucelage ! en fait Gourgaud est le souffre douleur de son empereur, le sent et le note…

 

Napoléon souffrait du confinement !

A la lecture de ce journal, permettons-nous de le relier à l’actualité : à Sainte-Hélène, l’empereur et son entourage sont confinés. Pas de coronavirus mais la perte des repères et de la liberté de mouvement (les anglais ont peur qu’il s’évade, comme à l’île d’Elbe). Gourgaud souffre de sa solitude, ne cesse de se plaindre de son célibat à Napoléon lui-même mal en point (mais il a Albine qui le console un peu…). En tout cas, un psychologue y trouverait matière à étude.  

 

 

 

Sylvain Bonnet

Général Gourgaud, Journal intégral, édition de Jacques Macé, introduction de Thierry Lentz, Perrin « bibliothèque de Sainte-Hélène », Perrin, octobre 2019, 860 pages, 32 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.