Ondes de choc, l’Amérique dans tous ses états

Radios et meurtre de curé

Nous voici dans la bonne ville de Quinsigamond, partagée entre des gangs et dans laquelle la police essaie de maintenir un ordre précaire. Le père Todorov, connu comme un curé progressiste, est assassiné dans sa cathédrale par Speer, un ancien agent fédéral devenu fou et animé de la volonté d’éliminer les anarchistes, les hérétiques et tous les fondus de radio qui se réunissent au Wireless. Parmi eux on retrouve Flynn, un agent d’assurances, la belle Hazel qu’il protège, et Ronnie, une animatrice radio. L’inspectrice Hannah Shaw va infiltrer tout ce milieu afin de retrouver le meurtrier du père Todorov. Et Speer n’en est qu’au début de ses crimes…

 

Un livre foutraque et attachant

Ce roman est paru dans la collection Rivages/Thriller en 1994 sous le titre Mort sur les ondes. Le voici réédité dans une nouvelle traduction. Jack O’Connell (auteurs de bons romans comme Porno Palace ou Dans les limbes) y propose une vision saisissante des Etats-Unis à travers des personnages sortis d’un film de David Lynch : flics tarés et obsessionnels, femmes fatales et fragiles, fanatisme religieux qui ferait passer un puritain pour un modéré, etc… Ondes de choc souffre aussi d’avoir de très nombreux personnages, ce qui rend la lecture parfois complexe. Au final, on s’y retrouve cependant. Voici donc un bon roman noir.

 

Sylvain Bonnet

Jack O’Connell, Ondes de choc, traduit de l’anglais par , Rivages, novembre 2019, 448 pages, 10,70 €

 

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.