Jeanne d’Arc, l’héroïne canonisée

 

Commémoration

 

2020 ne fut pas marquée uniquement par des commémorations autour de la figure du général de Gaulle : cela fait aussi cent ans cette année que Jeanne d’Arc a été canonisée au sortir de la Grande guerre. C’est l’occasion pour Valérie Toureille, professeur des universités et auteure de Crime et châtiment au Moyen-âge (Seuil, 2013), de revenir sur le parcours très singulier de la paysanne lorraine sans qui Charles VII n’aurait pas été sacré à Reims.

 

Une enfant de la Lorraine

 

L’historienne nous amène dans ce petit coin de Domrémy, non loin du duché de Lorraine et des terres du Saint Empire Romain germanique. Une zone de frontières donc où on a plus ressenti qu’ailleurs les affres du Royaume de France. Jeanne est issue d’une famille de laboureurs plutôt aisé et très pieuse. Elle entend ses « voix » adolescente. Malgré des résistances ici et là, elle est prise au sérieux, chose difficile à comprendre dans nos sociétés déchristianisées et laïques. Elle sera très vite amenée auprès du Roi. Elle rencontre aussi beaucoup de gens à la Cour où elle gagne vite des soutiens. Femme, elle doit aussi se faire respecter d’hommes dont beaucoup sont des soudards habitués à la violence. Aucun pourtant, les minutes de sa réhabilitation en témoignent, n’osera jamais la toucher…

 

La revanche d’Azincourt

 

On ne se prononcera pas sur la réalité des « voix » et du mystère de la foi qui les entoure. Par contre, on relève avec intérêt les noms des capitaines qui entourent Jeanne dès le siège d’Orléans : La Hire, le bâtard d’Orléans, Gilles de Rais, Alençon. Tous ont été proches des Armagnacs, le « parti » groupé originellement autour du duc d’Orléans prisonnier à Londres, opposé aux Bourguignons désormais alliés aux Anglais. Tous sont liés à la défaite d’Azincourt. Ils ont une revanche à prendre et l’arrivée de Jeanne et ses victoires constituent une occasion qu’ils ne laissent pas passer.

 

Une biographie et aussi un essai, très précis aussi lors de la description du procès. Passionnant.

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Valérie Toureille, Jeanne d’Arc, Perrin, septembre 2020, 432 pages, 24 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.