L’exécution du Roi, des hommes en colère

 

Un historien de la Révolution

Spécialiste reconnu de la Révolution et auteur de nombreux ouvrages, dont une biographie discutable et discutée de Robespierre (Perrin, 2015), Jean-Clément Martin s’intéresse ici à un évènement fondamental de la Révolution, l’exécution de Louis XVI. Il est loin d’être le premier à le faire mais il essaie ici, et c’est crucial, de redonner à l’évènement toute sa singularité au-delà des lectures, souvent téléologiques, données depuis deux siècles.

Un Roi déjà mort ?

Martin démontre très bien que la mort physique de Louis XVI a été précédée par d’autres, comme en juin 1789 lorsque le tiers s’est proclamé assemblée nationale (c’est en partie la thèse d’Emmanuel de Waresquiel dans son récent Sept jours) ou en juin 1791 après la fuite à Varennes. Déposé à la suite de la prise des Tuileries, la République proclamée, la personne de Louis XVI reste un enjeu dans cette Révolution. Mais, comme le montre Jean-Clément Martin, rien n’était joué d’avance.

Des conventionnels sous pression

Ici, ce livre renouvelle l’historiographie récente en redonnant la parole à ces 700 parlementaires dont certains feront ultérieurement de très belles carrières (pensons à Fouché). Le procès du roi se déroule dans une atmosphère survoltée, sous la pression des sections de la Commune de Paris, alors que la guerre aux frontières règne et que Dumouriez, dont beaucoup se méfient, achève la conquête de la Belgique. La convention se divise, débat, se recompose entre différentes sensibilités. Par exemple, Fouché (toujours lui) est ainsi proche des Girondins au début puis bascule du côté jacobin. Il ne sera pas le seul. Tous ces conventionnels jugent Louis XVI coupable mais divergent sur tout le reste : la mort ou le bannissement ou l’emprisonnement, puis l’exécution immédiate ou le sursis. Les Girondins en tiennent pour l’appel au peuple mais les jacobins refusent, se faisant ainsi les adversaires de la démocratie directe…

Très bien écrit, L’exécution du Roi se lit comme il a été écrit, avec passion. Voici le processus révolutionnaire restitué dans toute sa violence et sa complexité. Magistral. Pour finir, des indices et là démontrent son intérêt pour le personnage de Barère : une biographie à venir ? On le souhaite.

 

Sylvain Bonnet

Jean-Clément Martin, L’exécution du Roi, Perrin, janvier 2021, 416 pages, 21 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.