Désir, le retour de l’illuminé

Un écrivain installé

 

Auteur de Femmes (Gallimard, 1983), Philippe Sollers est une figure mythique du paysage littéraire français. Ancien membre de la revue Tel Quel, ancien maoïste, ses débuts furent salués par Mauriac et surtout Aragon. A côté de ses romans, il a publié un grand nombre d’essais, sur Proust ou Genet notamment. Chaque année ou presque, Sollers publie un livre par an, à l’instar autrefois de Woody Allen dont le film annuel constituait un rite pour le cinéphile (une secte du XXe siècle dont les rangs sont de plus en plus clairsemés). De quoi parle Désir ?

 

Un inconnu comme totem

 

Et voilà notre grand écrivain qui nous raconte la vie de Louis-Claude de Saint-Martin, illustre inconnu mais penseur connu de l’auteur comme figure de l’illuminisme européen. Et donc Sollers nous raconte sa vie, très longue car Saint Martin est en fait un immortel. On murmure qu’il a rencontré Rimbaud. Diantre, on est pas loin d’Highlander ! Et donc on découvre le parcours de ce philosophe dans notre monde, enfin le monde d’avant le COVID, avec cette ironie froide caractéristique de Sollers. Et sinon ? Rien. Le grand vide conceptuel.

 

Pour conclure (enfin, pour le moment)

 

Les aficionados de Sollers crieront au génie retrouvé de l’auteur de Femmes. Les autres, que les aficionados qualifieront de cuistres, de sycophantes ou tout simplement d’idiots, liront autre chose (mais quoi? Marc Lévy ou…. Autre débat) . Quant au critique, il préférera relire Manchette au coin du feu et aussi (le critique est aussi un grand enfant) des comics de la série Avengers dessinés par le grand George Pérez.

 

Sollers, mon dieu…

 

 

 

Sylvain Bonnet

 

Philippe Sollers, Désir, Gallimard, mars 2020, 144 pages, 14,50 €

Articles relatifs :

About Sylvain Bonnet

Spécialiste en romans noirs et ouvrages d'Histoire et collaborateur de Boojum et ActuSF.